Vous consultez actuellement l'aide de la version:

Cette page contient les sections suivantes :

Une fois que vous serez familiarisé avec ces principes fondamentaux, vous pourrez lire des informations plus détaillées et avancées dans les pages secondaires suivantes :

Concepts de base

Présentation d’AEM

Adobe Experience Manager est un système client-serveur web qui permet de créer, de gérer et de déployer des sites web commerciaux et des services associés. Cette solution associe dans un seul package intégré plusieurs fonctions de niveau application et de niveau infrastructure.

Au niveau infrastructure, AEM fournit les éléments suivants :

  • Serveur d’application web : AEM peut être déployé en mode autonome (il comprend un serveur web Jetty intégré) ou en tant qu’application web au sein d’un serveur d’applications tiers (WebLogic, WebSphere, etc.).
  • Infrastructure d’application web : AEM intègre l’infrastructure d’application web Sling qui simplifie l’écriture d’applications web REST orientées contenu.
  • Référentiel de contenu : AEM comprend un référentiel de contenu Java (JCR). Il s’agit d’un type de base de données hiérarchique destiné aux données semi-structurées et non structurées. Le référentiel stocke le contenu affiché aux utilisateurs et l’ensemble du code, des modèles et des données internes utilisés par l’application.

Sur cette base, AEM propose également plusieurs fonctions de niveau application pour la gestion des éléments suivants :

  • Sites web
  • Applications mobiles
  • Publications numériques
  • Formulaires
  • Ressources numériques
  • Communities
  • Commerce en ligne

Enfin, les clients peuvent utiliser ces blocs de construction de niveau application et de niveau infrastructure pour créer des solutions personnalisées en concevant leurs propres applications.

Le serveur AEM est basé sur Java et s’exécute sous la plupart des systèmes d’exploitation qui prennent en charge cette plateforme. Toutes les interactions client avec AEM passent par un navigateur web.

Scénarios de déploiement classique

Dans la terminologie AEM, une « instance » est une copie d’AEM s’exécutant sur un serveur. En règle générale, les installations d’AEM impliquent au moins deux instances qui s’exécutent généralement sur des ordinateurs distincts :

  • Création : instance AEM utilisée pour créer, télécharger et modifier du contenu et assurer l’administration du site web. Une fois que le contenu est publié, il est répliqué sur l’instance de publication.
  • Publication : instance AEM qui diffuse le contenu publié au public.
Ces instances sont identiques en termes de logiciels installés. Seule leur configuration diffère. La plupart des installations utilisent en outre un dispatcher :
  • Dispatcher : serveur web statique (httpd Apache, Microsoft IIS, etc.) amélioré avec le module de dispatcher AEM. Ce module met en cache les pages web produites par l’instance de publication pour améliorer les performances.

Cette configuration comporte de nombreuses options et peut être élaborée de manière différente. Elle est toutefois au cœur de la plupart des déploiements. Nous allons tout d’abord nous concentrer sur une configuration relativement simple. Nous aborderons ensuite les options de déploiement avancé.

Prise en main

Conditions préalables

Alors que les instances de production sont généralement exécutées sur des ordinateurs dédiés exécutant un système d’exploitation officiellement pris en charge (voir Exigences techniques), le serveur Experience Manager s’exécute sur n’importe quel système prenant en charge Java Standard Edition 8.

Pour se familiariser avec AEM et développer sur AEM, il est courant d’utiliser une instance installée sur un ordinateur local exécutant Apple OS X ou les versions de bureau de Microsoft Windows ou Linux.

Côté client, AEM fonctionne avec tous les navigateurs modernes (Microsoft Edge, Internet Explorer 11, Chrome 51+, Firefox 47+, Safari 8+) sous les systèmes d’exploitation de tablette et de poste de travail. Pour plus d’informations, voir Plates-formes client prises en charge.

Obtention du logiciel

Les clients qui disposent d’un contrat d’assistance et de maintenance valide doivent avoir reçu un message électronique de notification comportant un code pour télécharger AEM à partir du site web de licences Adobe. Les partenaires Business peuvent demander un accès pour le téléchargement auprès de spphelp@adobe.com.

Le package logiciel AEM est disponible sous deux formes :

  • cq-quickstart-6.4.0.jar : fichier jar exécutable autonome qui comprend tous les éléments nécessaires pour démarrer.
  • cq-quickstart-6.4.0.war : fichier war pour un déploiement sur un serveur d’applications tiers.

La section qui suit décrit une installation autonome. Pour plus d’informations sur l’installation d’AEM au sein d’un serveur d’applications, voir Installation sur un serveur d’applications.

Installation locale par défaut

  1. Créez un répertoire d’installation sur votre ordinateur local. Par exemple :

    Emplacement d’installation UNIX :   /opt/aem

    Emplacement d’installation Windows :  C:\Program Files\aem

    Il est aussi courant d’installer les exemples d’instance dans un dossier sur le bureau. Dans tous les cas, cet emplacement est défini de manière générique en tant que :

        <aem-install>

    Notez que le chemin d’accès au répertoire de fichiers doit comporter uniquement des caractères US-ASCII.

  2. Placez les fichiers jar et license dans ce répertoire :

    <aem-install>/
        cq-quickstart-6.4.0.jar
        license.properties

    Si vous ne fournissez pas de fichier license.properties, AEM redirige au démarrage votre navigateur vers un écran de bienvenue dans lequel vous pouvez saisir une clé de licence. Si vous ne disposez pas d’une clé de licence valide, vous devez en demander une à Adobe.

  3. Pour démarrer l’instance dans un environnement d’interface utilisateur graphique, double-cliquez sur le fichier cq-quickstart-6.4.0.jar.

    Vous pouvez également lancer AEM à partir d’une ligne de commande. Pour une machine virtuelle JAVA 32 bits, saisissez la commande suivante :

        java -Xmx1024M -jar cq-quickstart-6.4.0.jar

    Pour une machine virtuelle 64 bits, saisissez la commande suivante :

        java -XX:MaxPermSize=256m -Xmx1024M -jar cq-quickstart-6.4.0.jar

AEM prend quelques minutes pour décompresser le fichier jar, s’installer et démarrer. Le résultat de la procédure ci-dessus est :

  • instance de création AEM 
  • s’exécutant sur localhost 
  • sur le port 4502

Pour accéder à l’instance, faites pointer le navigateur sur :

http://localhost:4502

L’instance de création est alors automatiquement configurée pour se connecter à une instance de publication sur localhost:4503.

Installation des instances de création et de publication

L’installation par défaut (instance de création sur localhost:4502) peut être modifiée en renommant le fichier jar avant de le lancer pour la première fois. Le modèle de dénomination est :

cq-<instance-type>-p<port-number>.jar

Par exemple, renommer le fichier en

cq-author-p4502.jar

et le lancer entraîne l’exécution d’une instance de création sur localhost:4502.

De même, renommer le fichier en

cq-publish-p4503.jar

et le lancer entraîne l’exécution d’une instance de publication sur localhost:4503.

Vous installerez par exemple ces deux instances dans :

<aem-install>/author et

<aem-install>/publish

 

Pour plus d’informations sur la personnalisation de votre installation, reportez-vous aux sections suivantes :

Répertoire d’installation décompressé

Lorsque le fichier jar quickstart est lancé pour la première fois, il est décompressé dans le même répertoire dans un sous-répertoire appelé crx-quickstart. Vous devez obtenir le résultat suivant :

<aem-install>/
    license.properties
    cq-quickstart-6.4.0.jar
    crx-quickstart/
        app/
        bin/
        conf/
        launchpad/
        logs/
        metrics/        
        monitoring/
        opt/
        repository/
        threaddumps/
        eula-de_DE.html
        eula-en_US.html
        eula-fr_FR.html
        eula-ja_JP.html
        readme.txt

Si l’instance a été installée à partir de l’interface utilisateur graphique, une fenêtre de navigateur s’ouvre automatiquement. Une fenêtre d’application de bureau s’ouvre également et affiche l’hôte et le port de l’instance, ainsi qu’un bouton bascule activé/désactivé :

screen_shot_2018-04-05at91504am1

Démarrage et arrêt

Une fois AEM décompressé et démarré pour la première fois, un double-clic sur le fichier jar dans le répertoire d’installation démarre l’instance. Celle-ci n’est pas réinstallée.

Pour arrêter l’instance dans l’interface utilisateur graphique, cliquez sur le bouton bascule activé/désactivé dans la fenêtre de l’application de bureau.

Vous pouvez également arrêter et démarrer AEM à partir d’une ligne de commande. Si vous avez déjà installé l’instance une première fois, les scripts de ligne de commande se trouvent à cet emplacement :

<aem-install>/crx-quickstart/bin/

Ce dossier contient les scripts shell bash Unix :

  • démarrage : démarre l’instance
  • arrêt : arrête l’instance
  • état : signale l’état de l’instance
  • démarrage rapide : utilisé pour configurer les informations de démarrage, si nécessaire.
Il existe également des fichiers bat équivalents pour Windows. Pour plus d’informations, voir :

AEM démarre et redirige automatiquement le navigateur web vers la page adéquate. Il s’agit généralement de la page de connexion, par exemple :

    http://localhost:4502/

screen_shot_2018-04-03at15317pm1

Une fois connecté, vous avez accès à AEM. Pour plus d’informations en fonction de votre rôle, reportez-vous aux sections suivantes :

Déploiement avancé

La section ci-dessus doit vous permettre de bien comprendre les principes fondamentaux d’une installation AEM. L’installation d’un système de production d’AEM peut toutefois être beaucoup plus complexe. Pour obtenir des informations pour une installation avancée, reportez-vous aux pages secondaires suivantes :

Ce produit est distribué sous licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage à l’identique 3.0 non transposé  Les publications Twitter™ et Facebook ne sont pas couvertes par les dispositions Creative Commons.

Mentions légales   |   Politique de confidentialité en ligne