Vous consultez actuellement l'aide de la version:

Présentation

Dans AEM 6, le tableau de bord des opérations permet aux opérateurs système de surveiller d’un simple coup d’œil l’intégrité du système AEM. Il contient également des informations de diagnostic générées automatiquement concernant des aspects pertinents d’AEM et permet de configurer et d’exécuter une automatisation de maintenance autonome afin de réduire de façon significative les coûts de fonctionnement du projet et incidents de support. Le tableau de bord des opérations peut être étendu en y intégrant des contrôles de l’intégrité et des tâches de maintenance personnalisés. En outre, les données du tableau de bord des opérations sont accessibles à l’aide des outils de surveillance externes par le biais de JMX.

Le tableau de bord des opérations :

  • est un état du système accessible en un clic, qui aide les services Opérations à optimiser leur efficacité ;
  • fournit une vue d’ensemble des contrôles de l’intégrité du système à un emplacement centralisé unique ;

  • réduit le délai pour trouver, analyser et corriger des problèmes ;
  • permet une automatisation de la maintenance autonome, qui contribue à réduire considérablement les coûts de fonctionnement de votre projet.

Il est accessible en sélectionnant Outils – Opérations dans l’écran d’accueil d’AEM.


Remarque :

Pour accéder au tableau de bord des opérations, l’utilisateur connecté doit faire partie du groupe d’utilisateurs « Opérateurs ». Pour plus d’informations, consultez la documentation relative à l’Administration des utilisateurs, des groupes et des droits d’accès.

Rapports d’intégrité

Le système de rapports d’intégrité fournit des informations sur l’intégrité d’une instance AEM par le biais de contrôles d’intégrité Sling. Cela peut être effectué à l’aide de demandes OSGi, JMX, HTTP (via JSON) ou par le biais de l’interface utilisateur tactile. Il propose des mesures et un seuil pour certains compteurs configurables et, dans certains cas, contient des informations sur la résolution du problème.

Il comporte différentes fonctionnalités, décrites ci-dessous.

Contrôles de l’intégrité

Les rapports d’intégrité sont un système de cartes indiquant une intégrité satisfaisante ou non en ce qui concerne une zone spécifique du produit. Ces cartes sont des visualisations des contrôles d’intégrité Sling, qui agrègent les données de JMX et d’autres sources, et présentent de nouveau les informations traitées sous forme de MBeans. Ces MBeans peuvent également être vérifiés dans la console web JMX, sous le domaine org.apache.sling.healthcheck.

Les rapports d’intégrité sont accessibles en sélectionnant le menu Outils – Opérations – Rapports d’intégrité dans l’écran d’accueil d’AEM ou directement par le biais de l’adresse URL suivante :

http://<adresse_serveur>:port/libs/granite/operations/content/healthreports/healthreportlist.html


chlimage_1

Le système de cartes comporte trois états possibles : OK, AVERTISSEMENT et CRITIQUE. Les états sont le résultat des règles et des seuils, qui peuvent être configurés en passant le curseur de la souris sur la carte, puis en cliquant sur l’icône d’engrenage de la barre d’actions :

chlimage_1

Types de contrôle de l’intégrité

Dans AEM 6, il existe deux types de contrôle de l’intégrité :

  1. Contrôles de l’intégrité individuels
  2. Contrôles de l’intégrité composites

Un contrôle de l’intégrité individuel est un contrôle de l’intégrité unique, qui correspond à une carte d’état. Des contrôles de l’intégrité individuels peuvent être configurés avec des règles ou des seuils et peuvent fournir un ou plusieurs conseils et liens pour résoudre des problèmes d’intégrité identifiés. Prenons le contrôle « Erreurs de journal » comme exemple : s’il existe des entrées ERREUR dans les journaux des instances, elles seront répertoriées dans la page Détails du contrôle de l’intégrité. Dans la partie supérieure de la page, un lien vers l’analyseur « Message du journal » dans la section Outils de diagnostic permet d’analyser ces erreurs plus en détail et de reconfigurer les enregistreurs.

Un contrôle de l’intégrité composite est un contrôle qui regroupe des informations de différents contrôles individuels.

Les contrôles de l’intégrité composites sont configurés à l’aide de balises de filtrage. En substance, tous les contrôles individuels possédant la même balise de filtrage sont regroupés sous le contrôle de l’intégrité composite. L’état d’un contrôle de l’intégrité composite est « OK » seulement si l’état de tous les contrôles individuels est également « OK ».


Procédure de création de contrôles de l’intégrité

Dans le tableau de bord des opérations, vous pouvez visualiser le résultat des contrôles de l’intégrité individuels et composites.

Création d’un contrôle de l’intégrité individuel

La création d’un contrôle de l’intégrité individuel comprend deux étapes : mise en œuvre d’un contrôle de l’intégrité Sling et ajout d’une entrée pour le contrôle de l’intégrité dans les nœuds de la configuration du tableau de bord.

  1. Pour créer un contrôle de l’intégrité Sling, vous devez créer un composant OSGi mettant en œuvre l’interface Sling HealthCheck. Vous ajoutez ce composant dans un lot. Les propriétés du composant identifient entièrement le contrôle de l’intégrité. Une fois le composant installé, un MBean JMX est automatiquement créé pour le contrôle de l’intégrité. Pour plus d’informations, voir la documentation sur les contrôles de l’intégrité Sling.

    Exemple de composant de contrôle de l’intégrité Sling, écrit avec des annotations de composant de service OSGi :

    @Component(service = HealthCheck.class,         
    property = {             
        HealthCheck.NAME + "=Example Check",             
        HealthCheck.TAGS + "=example",             
        HealthCheck.TAGS + "=test",             
        HealthCheck.MBEAN_NAME + "=exampleHealthCheckMBean"         
    })
     public class ExampleHealthCheck implements HealthCheck { 
        @Override     
        public Result execute() {     
            // health check code     
        }
     }
    

    Remarque :

    La propriété MBEAN_NAME définit le nom du MBean généré pour ce contrôle de l’intégrité.

  2. Après avoir créé un contrôle de l’intégrité, un nouveau nœud de configuration doit être créé afin de le mettre à disposition dans l’interface du tableau de bord des opérations. Pour cette étape, il est nécessaire de connaître le nom du MBean JMX du contrôle de l’intégrité (la propriété MBEAN_NAME). Pour créer une configuration pour le contrôle de l’intégrité, ouvrez CRXDE et ajoutez un nouveau nœud (de type nt:unstructured) sous le chemin d’accès suivant : /apps/settings/granite/operations/hc

    Les propriétés ci-dessous doivent être définies sur le nouveau nœud :

    • Nom : sling:resourceType 
      • Type : String
      • Valeur : granite/operations/components/mbean
    • Nom : resource
      • Type : String
      • Valeur : /system/sling/monitoring/mbeans/org/apache/sling/healthcheck/HealthCheck/exampleHealthCheck

    Remarque :

    Le chemin d’accès à la ressource ci-dessus est créé comme suit : si le nom du MBean du contrôle de l’intégrité est « test », ajoutez « test » à la fin du chemin d’accès /system/sling/monitoring/mbeans/org/apache/sling/healthcheck/HealthCheck.

    Le chemin d’accès final est donc :

    /system/sling/monitoring/mbeans/org/apache/sling/healthcheck/HealthCheck/test

    Remarque :

    Assurez-vous que les propriétés ci-dessous du chemin d’accès /apps/settings/granite/operations/hc sont définies sur true :

    sling:configCollectionInherit

    sling:configPropertyInherit

    Cela indique au gestionnaire de configuration de fusionner les nouvelles configurations avec les configurations existantes de /libs.

Création d’un contrôle de l’intégrité composite

Un contrôle de l’intégrité composite vise à agréger différents contrôles de l’intégrité partageant un ensemble de fonctionnalités communes. Par exemple, un contrôle de l’intégrité composite de sécurité regroupe tous les contrôles de l’intégrité individuels liés à la sécurité. Pour créer un contrôle composite, la première étape consiste à ajouter une nouvelle configuration OSGi. Pour qu’il s’affiche dans le tableau de bord des opérations, un nouveau nœud de configuration doit être ajouté comme pour un contrôle unique.

 

  1. Accédez au gestionnaire de configuration web dans la console OSGi. À cet effet, accédez à http://adresse_serveur:port/system/console/configMgr

  2. Recherchez l’entrée Apache Sling Composite Health Check. Une fois que vous l’avez trouvée, deux configurations sont déjà disponibles : une pour les contrôles système et une autre pour les contrôles de sécurité.

  3. Créez une configuration en cliquant sur le bouton « + » dans la partie droite de la configuration. Une nouvelle fenêtre s’affiche, comme illustré ci-dessous :

    chlimage_1
  4. Créez une configuration et enregistrez-la. Un MBean est créé avec la nouvelle configuration.

    L’objectif de chaque propriété de configuration est le suivant :

    • Nom (hc.name) : nom du contrôle de l’intégrité composite. Il est recommandé d’utiliser un nom éloquent.
    • Balises (hc.tags) : balises de ce contrôle de l’intégrité. Si ce contrôle de l’intégrité composite est conçu pour faire partie d’un autre contrôle de l’intégrité composite (comme dans une hiérarchie de contrôles de l’intégrité), ajoutez les balises auxquelles ce contrôle composite est lié.
    • Nom du MBean (hc.mbean.name) : nom du MBean qui sera attribué au MBean JMX de ce contrôle de l’intégrité composite.
    • Balises de filtrage (filter.tags) : il s’agit d’une propriété spécifique aux contrôles de l’intégrité composites. Ce sont les balises que le contrôle composite doit agréger. Le contrôle de l’intégrité composite agrège, sous son groupe, tous les contrôles de l’intégrité possédant une balise correspondant aux balises de filtrage de ce contrôle composite. Par exemple, un contrôle de l’intégrité composite possédant les balises de filtrage test et check agrège tous les contrôles de l’intégrité individuels et composites possédant la balise test ou check dans leur propriété de balise (hc.tags).

     

    Remarque :

    Un nouveau MBean JMX est créé pour chaque nouvelle configuration du contrôle de l’intégrité composite Apache Sling.

  5. Enfin, l’entrée du contrôle de l’intégrité composite qui vient d’être créé doit être ajoutée aux nœuds de configuration du tableau de bord des opérations. La procédure est identique à celle des contrôles de l’intégrité individuels : un nœud de type nt:unstructured doit être créé sous /apps/settings/granite/operations/hc. La propriété de ressource du nœud est définie par la valeur de hc.mean.name dans la configuration OSGi.

    Par exemple, si vous avez créé une configuration et défini la valeur hc.mbean.name sur diskusage, les nœuds de configuration se présentent comme suit :

    • Nom : contrôle de l’intégrité composite
      • Type : nt:unstructured

    Avec les propriétés suivantes :

    • Nom : sling:resourceType 
      • Type : String
      • Valeur : granite/operations/components/mbean
    • Nom : resource
      • Type : String
      • Valeur : /system/sling/monitoring/mbeans/org/apache/sling/healthcheck/HealthCheck/diskusage

     

    Remarque :

    Si vous créez des contrôles de l’intégrité individuels, qui font partie logiquement d’un contrôle composite déjà présent dans le tableau de bord par défaut, ils sont enregistrés et regroupés automatiquement sous le contrôle composite correspondant. Pour cette raison, il n’est pas nécessaire de créer un nœud de configuration pour ces contrôles.

    Par exemple, si vous créez un contrôle de l’intégrité individuel de sécurité, il suffit d’affecter la balise « security », et il est installé et s’affiche automatiquement sous le contrôle composite de sécurité dans le tableau de bord des opérations.

     

Contrôles de l’intégrité fournis avec AEM

Nom du contrôle de l’intégrité Description
Performances des requêtes

Ce contrôle de l’intégrité a été simplifié dans AEM 6.4 et contrôle maintenant le MBean Oak QueryStats restructuré dernièrement, plus particulièrement l’attribut SlowQueries. Si les statistiques contiennent des requêtes lentes, le contrôle de l’intégrité renvoie un avertissement. Autrement, il renvoie l’état « OK ».

Le MBean de ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=queriesStatus,type=HealthCheck.

Longueur de la file d’attente d’observation

La longueur de la file d’attente d’observation effectue une itération sur tous les programmes d’écoute d’événement et les observateurs en arrière-plan, compare la valeur queueSize  à leur valeur maxQueueSize et :

  • renvoie l’état « Critique » si la valeur queueSize dépasse la valeur maxQueueSize (c’est-à-dire lorsque des événements seraient supprimés) ;
  • renvoie l’état « Avertissement » si la valeur queueSize dépasse la valeur maxQueueSize * WARN_THRESHOLD (la valeur par défaut est 0,75).

La longueur maximale de chaque file d’attente provient de configurations distinctes (Oak et AEM) et n’est pas configurable à partir de ce contrôle de l’intégrité. Le MBean pour ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=ObservationQueueLengthHealthCheck,type=HealthCheck.

Limites de requête transversales

Le contrôle Limites de requête transversales contrôle le MBean QueryEngineSettings, plus particulièrement les attributs LimitInMemory et LimitReads et renvoie l’état suivant :

  • « Avertissement » si l’une des limites est égale ou supérieure à Integer.MAX_VALUE ;
  • « Avertissement » si l’une des limites est inférieure à 10 000 (paramètre recommandé d’Oak) ;
  • « Critique » si la valeur QueryEngineSettings ou l’une des limites ne peut pas être extraite.

Le MBean pour ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=queryTraversalLimitsBundle,type=HealthCheck.

Horloges synchronisées

Ce contrôle est pertinent uniquement pour les clusters d’entrepôt de nœuds de documents. Il renvoie l’état suivant :

  • « Avertissement » lorsque les horloges des instances sont désynchronisées et dépassent un seuil inférieur prédéfini ;
  • « Critique » lorsque les horloges des instances sont désynchronisées et dépassent un seuil supérieur prédéfini ;

Le MBean de ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=slingDiscoveryOakSynchronizedClocks,type=HealthCheck.

Index asynchrones

Le contrôle « Index asynchrones » :

  • renvoie « Critique » si au moins une piste d’indexation échoue ;
  • vérifie la valeur lastIndexedTime pour toutes les pistes d’indexation et :
    • renvoie « Critique » si cela remonte à plus de 2 heures ;
    • renvoie « Avertissement » si le délai est compris entre 2 heures et 45 minutes ;
    • renvoie « OK » si cela remonte à moins de 45 minutes ;
  • renvoie « OK » si aucune de ces conditions n’est remplie.

Les seuils des états Critique et Avertissement sont configurables. Le MBean pour ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=asyncIndexHealthCheck,type=HealthCheck.

Remarque : Ce contrôle de l’intégrité est disponible avec AEM 6.4 et a été rétroporté dans AEM 6.3.0.1.

Index Lucene volumineux

Ce contrôle utilise les données exposées par le MBean Lucene Index Statistics afin d’identifier des index et renvoie :

  • « Avertissement » s’il y a un index comportant plus de 1 milliard de documents ;
  • « Critique » s’il y a un index comportant plus de 1,5 milliard de documents.

Les seuils sont configurables et le MBean du contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=largeIndexHealthCheck,type=HealthCheck.

Remarque : Ce contrôle est disponible avec AEM 6.4 et a été rétroporté dans AEM 6.3.2.0.

Maintenance du système

La maintenance du système est un contrôle composite, qui renvoie l’état « OK » si toutes les tâches de maintenance sont exécutées selon la configuration. Gardez à l’esprit que :

  • chaque tâche de maintenance est accompagnée d’un contrôle de l’intégrité associé ;
  • si une tâche n’est pas ajoutée à une période de maintenance, son contrôle de l’intégrité renvoie l’état « Critique » ;
  • vous devez configurer les tâches de maintenance du journal d’audit et de purge des workflows ou les supprimer des fenêtres de maintenance. Si ces tâches ne sont pas configurées, elles échouent lors de la première tentative d’exécution et le contrôle « Maintenance système » renvoie l’état « Critique ».
  • Avec AEM 6.4, il existe également un contrôle pour la tâche Maintenance des fichiers binaires Lucene.
  • Dans AEM 6.2 et version inférieure, le contrôle de la maintenance système renvoie un état « Avertissement » après le démarrage, car les tâches ne sont jamais exécutées. À compter de la version 6.3, il renvoie l’état « OK » si la première période de maintenance n’a pas encore été atteinte.

Le MBean de ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=systemchecks,type=HealthCheck.

File d’attente de réplication

Ce contrôle effectue une itération sur les agents de réplication et examine leurs files d’attente. Pour l’élément en haut de la file d’attente, le contrôle examine le nombre de fois où l’agent a tenté une réplication. Si l’agent a tenté une réplication plus de fois que défini par la valeur du paramètre numberOfRetriesAllowed, il renvoie un avertissement. Le paramètre numberOfRetriesAllowed est configurable.

Le MBean de ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=replicationQueue,type=HealthCheck.

Tâches Sling
Le contrôle Tâches Sling vérifie le nombre de tâches dans la file d’attente du gestionnaire de tâches, le compare au seuil maxNumQueueJobs et :
  • renvoie « Critique » si la file d’attente comporte plus de tâches que ne le définit la valeur maxNumQueueJobs ;
  • renvoie « Critique » si des tâches actives sont en cours d’exécution depuis plus de 1 h ;
  • renvoie « Critique » s’il y a des tâches en file d’attente et que la dernière tâche terminée remonte à plus de 1 h.

Seul le nombre maximal du paramètre de tâches en file d’attente est configurable (1 000 par défaut).

Le MBean de ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=slingJobs,type=HealthCheck.

Performances des demandes

Ce contrôle cherche l’indicateur Sling granite.request.metrics.timer et :

  • renvoie « Critique » si la valeur du 75e percentile dépasse le seuil critique (la valeur par défaut est de 500 millisecondes) ;
  • renvoie « Avertissement » si la valeur du 75e percentile dépasse le seuil d’avertissement (la valeur par défaut est de 200 millisecondes).

Le MBean de ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=requestsStatus,type=HealthCheck.

Erreurs de journal

Ce contrôle renvoie l’état « Avertissement » si le journal comporte des erreurs.

Le MBean de ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=logErrorHealthCheck,type=HealthCheck.

Espace disque

Le contrôle Espace disque observe le MBean FileStoreStats, extrait la taille de l’entrepôt de nœuds et la quantité d’espace disque utilisable sur la partition Entrepôt de nœuds, puis :

  • renvoie « Avertissement » si le rapport espace disque utilisable/taille du référentiel est inférieur au seuil d’avertissement (10 par défaut) ;
  • renvoie « Critique » si le rapport espace disque utilisable/taille du référentiel est inférieur au seuil critique (2 par défaut).

Les deux seuils sont configurables. Le contrôle fonctionne uniquement sur les instances comportant un entrepôt de segments.

Le MBean de ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=DiskSpaceHealthCheck,type=HealthCheck.

Vérification de l’intégrité de l’outil de planification

Ce contrôle renvoie un avertissement si l’instance possède des tâches Quartz en cours d’exécution depuis plus de 60 secondes. Le seuil de durée acceptable est configurable.

Le MBean de ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=slingCommonsSchedulerHealthCheck,type=HealthCheck.

Contrôles de sécurité

Le contrôle de sécurité est un contrôle composite, qui agrège les résultats de différents contrôles liés à la sécurité. Ces contrôles de l’intégrité individuels prennent en compte différentes préoccupations de la liste de contrôle de sécurité, disponibles dans la page de documentation Liste de contrôle de sécurité. Ils sont utiles comme test de vérification de la sécurité lorsque l’instance est démarrée.

Le MBean de ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=securitychecks,type=HealthCheck.

Lots actifs

Les lots actifs contrôlent l’état de tous les lots et :

  • renvoient l’état « Avertissement » si l’un des lots n’est pas actif ou (à commencer par une activation différée) ;
  • ignorent l’état des lots dans la liste Ignorer.

Le paramètre de la liste Ignorer est configurable.

Le MBean de ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=inactiveBundles,type=HealthCheck.

Contrôle du cache du code

Il s’agit d’un contrôle de l’intégrité, qui vérifie plusieurs conditions JVM pouvant déclencher l’apparition d’un bogue de CodeCache dans Java 7 :

  • il renvoie l’état « Avertissement » si l’instance est exécutée sur Java 7, avec la purge du cache du code activée ;
  • il renvoie l’état « Avertissement » si l’instance est exécutée sur Java 7 et que la taille du cache du code est inférieure à un seuil minimal (la valeur par défaut est 90 Mo).

Le seuil minimum.code.cache.size est configurable. Pour plus d’informations sur ce bogue, consultez cette page.

Le MBean de ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=codeCacheHealthCheck,type=HealthCheck.

Erreurs de chemin de recherche des ressources

Vérifie s’il existe des ressources au chemin d’accès /apps/foundation/components/primary et :

  • renvoie « Avertissement » s’il y a des nœuds enfants sous /apps/foundation/components/primary.

Le MBean de ce contrôle de l’intégrité est org.apache.sling.healthcheck:name=resourceSearchPathErrorHealthCheck,type=HealthCheck.

Surveillance à l’aide de Nagios

Le tableau de bord des contrôles de l’intégrité peut être intégré à Nagios par le biais des MBeans JMX Granite. L’exemple ci-dessous indique comment ajouter un contrôle qui affiche la mémoire utilisée sur le serveur qui exécute AEM.

  1. Configurez et installez Nagios sur le serveur de surveillance.

  2. Installez ensuite Nagios Remote Plugin Executor (NRPE).

    Remarque :

    Pour plus d’informations sur l’installation de Nagios et de NRPE sur votre système, consultez la documentation de Nagios.

  3. Ajoutez une définition de l’hôte pour le serveur AEM. Cette opération peut être effectuée par le biais de l’interface web de Nagios XI, en utilisant le gestionnaire de configuration :

    1. Ouvrez un navigateur et pointez vers le serveur Nagios.
    2. Appuyez sur le bouton Configure dans le menu supérieur.
    3. Dans le volet de gauche, appuyez sur Core Config Manager sous Advanced Configuration.
    4. Cliquez sur le lien Hosts sous la section Monitoring.
    5. Ajoutez la définition de l’hôte :
    chlimage_1

    Voici un exemple de fichier de configuration de l’hôte si vous utilisez Nagios Core :

    define host {
       address 192.168.0.5
       max_check_attempts 3
       check_period 24x7
       check-command check-host-alive
       contacts admin
       notification_interval 60
       notification_period 24x7
    }
  4. Installez Nagios et NRPE sur le serveur AEM.

  5. Installez le module externe check_http_json sur les deux serveurs.

  6. Définissez une commande de contrôle JSON générique sur les deux serveurs :

    define command{
    
        command_name    check_http_json-int
    
        command_line    /usr/lib/nagios/plugins/check_http_json --user "$ARG1$" --pass "$ARG2$" -u 'http://$HOSTNAME$:$ARG3$/$ARG4$' -e '$ARG5$' -w '$ARG6$' -c '$ARG7$'
    
    }
  7. Ajoutez un service pour la mémoire utilisée sur le serveur AEM :

    define service {
    
        use generic-service
    
        host_name my.remote.host
    
        service_description AEM Author Used Memory
    
        check_command  check_http_json-int!<cq-user>!<cq-password>!<cq-port>!system/sling/monitoring/mbeans/java/lang/Memory.infinity.json!{noname}.mbean:attributes.HeapMemoryUsage.mbean:attributes.used.mbean:value!<warn-threshold-in-bytes>!<critical-threshold-in-bytes>
    
        }
  8. Reportez-vous au tableau de bord Nagios du service que vous venez de créer :

    chlimage_1

Outils de diagnostic

Le tableau de bord des opérations permet également d’accéder aux outils de diagnostic, qui peuvent vous aider à identifier et à résoudre les causes principales des avertissements figurant dans le tableau de bord des contrôles de l’intégrité et fournissent en outre des informations de débogage importantes pour les opérateurs système.

Ses fonctionnalités les plus importantes sont les suivantes :

  • Analyseur de messages du journal
  • Possibilité d’accéder aux images mémoire des segments de mémoire et des threads
  • Demandes et analyseurs de performances des requêtes

Pour accéder à l’écran Outils de diagnostic, sélectionnez Outils > Opérations > Diagnostic dans l’écran d’accueil d’AEM. Vous pouvez également accéder à l’écran en accédant directement à l’adresse URL suivante : http://adresse_serveur:port/libs/granite/operations/content/diagnosis.html

chlimage_1

Messages du journal

Par défaut, l’interface utilisateur des messages du journal affiche tous les messages ERREUR. Si vous souhaitez afficher davantage de messages du journal, vous devez configurer un enregistreur avec le niveau de journalisation approprié.

Les messages du journal utilisent un appender de journal en mémoire et ne sont donc pas liés aux fichiers journaux. En outre, la modification des niveaux de journal dans cette interface utilisateur ne modifie pas les informations consignées dans les fichiers journaux traditionnels. L’ajout et la suppression d’enregistreurs dans cette interface utilisateur affectent uniquement l’enregistreur dans la mémoire. Notez par ailleurs que la modification des configurations de l’enregistreur se répercutera ultérieurement dans l’enregistreur en mémoire : les entrées déjà journalisées et qui ne sont plus pertinentes ne sont pas supprimées, mais des entrées similaires ne seront pas journalisées à l’avenir.

Vous pouvez configurer les éléments journalisés en fournissant des configurations d’enregistreur en cliquant sur l’icône d’engrenage dans la partie supérieure gauche de l’interface utilisateur. Vous pouvez y ajouter, supprimer ou mettre à jour des configurations d’enregistreur. Une configuration d’enregistreur se compose d’un niveau de journal (AVERTISSEMENT/INFO/DÉBOGAGE) et d’un nom de filtre. Le nom du filtre est chargé de filtrer la source des messages du journal consignés. Si un enregistreur doit enregistrer tous les messages du journal pour un niveau spécifié, le nom du filtre doit être « root ». La définition du niveau d’un enregistreur déclenche l’enregistrement de tous les messages dont le niveau est supérieur ou égal au niveau spécifié.

Exemples :

  • Si vous envisagez d’enregistrer tous les messages ERREUR, aucune configuration n’est nécessaire. Tous les messages ERREUR sont capturés par défaut.
  • Si vous envisagez d’enregistrer tous les messages ERREUR, AVERTISSEMENT et INFO, le nom de l’enregistreur doit être défini sur « root » et le niveau de l’enregistreur sur INFO.
  • Si vous envisagez d’enregistrer tous les messages issus d’un module particulier (par exemple, com.adobe.granite), le nom de l’enregistreur doit être défini sur « com.adobe.granite » et le niveau de l’enregistreur sur DÉBOGAGE (ce qui capturera tous les messages ERREUR, AVERTISSEMENT, INFO et DÉBOGAGE), comme illustré dans l’image ci-dessous.
chlimage_1

Remarque :

Vous ne pouvez pas définir un nom d’enregistreur de manière à consigner uniquement les messages ERREUR par le biais d’un filtre spécifié. Par défaut, tous les messages ERREUR sont capturés.

Remarque :

L’interface utilisateur des messages du journal ne reflète pas le journal d’erreurs réel. À moins que vous n’ayez configuré d’autres types de messages du journal dans l’interface utilisateur, seuls les messages d’erreur s’affichent. Pour savoir comment afficher des messages spécifiques du journal, consultez les instructions ci-dessus.

Remarque :

Les paramètres de la page de diagnostic n’ont aucune incidence sur les éléments consignés dans les fichiers journaux et inversement. Ainsi, même si le journal d’erreurs peut capturer des messages INFO, il est possible qu’ils ne s’affichent pas dans l’interface utilisateur des messages du journal. Par ailleurs, par le biais de l’interface utilisateur, il est possible de capturer des messages DÉBOGAGE provenant de certains modules sans que cela affecte le journal des erreurs. Pour plus d’informations sur la configuration des fichiers journaux, voir Journalisation.

Remarque :

Dans AEM 6.4, les tâches de maintenance sont journalisées prêtes à l’emploi dans un format d’information enrichi au niveau INFO. L’état des tâches de maintenance est ainsi plus lisible.

Si vous utilisez des outils tiers (comme Splunk) pour surveiller l’activité des tâches de maintenance et y réagir, vous pouvez utiliser les instructions de journal suivantes :

Log level: INFO
DATE+TIME [MaintanceLogger] Name=<MT_NAME>, Status=<MT_STATUS>, Time=<MT_TIME>, Error=<MT_ERROR>, Details=<MT_DETAILS>

Performances des demandes

La page Performances des demandes permet d’analyser les demandes de page les plus lentes traitées. Seules les demandes de contenu sont enregistrées dans cette page. Plus spécifiquement, les demandes enregistrées sont les suivantes :

  1. Demandes d’accès aux ressources sous /content
  2. Demandes d’accès aux ressources sous /etc/design
  3. Demandes comportant l’extension « .html »
chlimage_1

La page affiche les informations suivantes :

  • Heure de la demande
  • Adresse URL et méthode de la demande
  • Durée en millisecondes

Par défaut, les 20 demandes de page les plus lentes sont enregistrées, mais la limite peut être modifiée dans le gestionnaire de configuration.

Pour modifier le nombre de demandes les plus lentes capturées, procédez comme suit :

  1. Accédez au gestionnaire de configuration web, à l’adresse http://adresse_serveur:port/system/console/configMgr.

  2. Recherchez une entrée Adobe Granite Timed Requests Logger.

  3. Cliquez sur le bouton Modifier et modifiez la propriété Taille de l’historique des demandes les plus longues.

  4. Enregistrez les modifications.

Performances des requêtes

La page Performance des requêtes permet d’analyser les requêtes les plus lentes exécutées par le système. Ces informations sont fournies par le référentiel dans un MBean JMX. Ces informations sont fournies par le MBean JMX com.adobe.granite.QueryStat dans Jackrabbit et par org.apache.jackrabbit.oak.QueryStats dans le référentiel Oak.

La page affiche les informations suivantes :

  • Heure de la requête
  • Langage de la requête
  • Nombre de fois où la requête a été exécutée
  • Instruction de la requête
  • Durée en millisecondes
chlimage_1

Explication de la requête

Oak tente de déterminer la meilleure façon d’exécuter une requête donnée d’après les index Oak définis dans le référentiel sous le nœud oak:index. En fonction de la requête, Oak peut sélectionner différents index. La première étape d’optimisation de la requête consiste à comprendre la façon dont Oak exécute une requête.

L’outil Expliquer la requête explique la façon dont Oak exécute une requête. Pour y accéder, sélectionnez Outils > Opérations > Diagnostic dans l’écran d’accueil d’AEM, puis cliquez sur Performances des requêtes et accédez à l’onglet Expliquer la requête.

Fonctionnalités

  • Prend en charge les langages de requête Xpath, JCR-SQL et JCR-SQL2.
  • Indique le temps d’exécution réel de la requête spécifiée.
  • Détecte les requêtes lentes et avertit au sujet des requêtes pouvant être potentiellement lentes.
  • Indique l’index Oak utilisé pour exécuter la requête.
  • Affiche l’explication du moteur Oak Query.
  • Fournit la liste des éléments à charger des requêtes lentes et populaires.

Dans l’interface utilisateur de l’outil Expliquer la requête, entrez la requête et appuyez sur le bouton Expliquer :

chlimage_1

La première entrée de la section Explication de la requête est l’explication réelle. L’explication indique le type d’index utilisé pour exécuter la requête.

La seconde entrée est le plan d’exécution.

Si vous activez la case à cocher Inclure le délai d’exécution avant d’exécuter la requête, le délai d’exécution de la requête s’affiche également, ce qui permet d’utiliser davantage d’informations afin d’optimiser les index pour l’application ou le déploiement.

chlimage_1

Gestionnaire d’index

Le gestionnaire d’index vise à faciliter la gestion des index, notamment leur tenue à jour, l’affichage de leur état ou le déclenchement d’une réindexation.

Pour y accéder, sélectionnez Outil > Opérations > Diagnostic dans l’écran d’accueil, puis cliquez sur le bouton Gestionnaire d’index.

Il est également accessible directement à cette adresse : http://adresse_serveur:port/libs/granite/operations/content/diagnosis/tool.html/_granite_oakindexmanager

chlimage_1

L’interface utilisateur peut être utilisée pour filtrer les index dans le tableau en entrant les critères de filtre dans la zone de recherche située dans le coin supérieur gauche de l’écran.

Il est possible de déclencher une réindexation individuelle en cliquant sur l’icône de la colonne Réindexer pour l’index correspondant. Pour déclencher une réindexation en bloc, sélectionnez plusieurs index et cliquez sur le bouton Réindexation en bloc.

Télécharger le ZIP d’état

Cette option permet de télécharger un fichier ZIP contenant des informations utiles sur l’état et la configuration du système. L’archive contient des configurations d’instance, une liste de lots, OSGi, des indicateurs Sling et des statistiques. Le fichier qui en résulte peut être volumineux. Afin de réduire l’impact des fichiers d’état volumineux, utilisez la fenêtre Télécharger le ZIP d’état. Pour y accéder, sélectionnez AEM > Outils > Opérations > Diagnostic > Télécharger le ZIP d’état.

Dans cette fenêtre, vous pouvez sélectionner les éléments à exporter (fichiers journaux et/ou image mémoire des threads) ainsi que le nombre de jours à prendre en compte dans le téléchargement par rapport à la date actuelle.

download_status_zip

Télécharger l’image mémoire des threads

Cette option déclenche le téléchargement d’un fichier ZIP contenant des informations sur les threads présents sur le système. Des informations sur chaque thread sont fournies (état, chargeur de classes et trace de pile, notamment).

Télécharger l’image mémoire des segments de mémoire

Vous avez également la possibilité de télécharger un instantané du segment de mémoire afin de l’analyser ultérieurement. Remarque : le fichier téléchargé est volumineux, de l’ordre de centaines de mégaoctets.

Tâches de maintenance automatisées

Depuis la page Tâches de maintenance automatisées, affichez et suivez les tâches de maintenance recommandées planifiées pour une exécution périodique. Les tâches sont intégrées au système de contrôle de l’intégrité. Elles peuvent également être exécutées manuellement à partir de l’interface.

Pour accéder à la page Maintenance du tableau de bord des opérations, sélectionnez Outils > Opérations > Tableau de bord > Maintenance dans l’écran d’accueil d’AEM ou cliquez directement sur ce lien :

http://adresse_serveur:port/libs/granite/operations/content/maintenance.html

Les tâches ci-dessous sont disponibles dans le tableau de bord des opérations :

  1. Tâche Nettoyage de la révision dans le menu Période de maintenance quotidienne
  2. Tâche Nettoyage des binaires Lucene dans le menu Période de maintenance quotidienne
  3. Tâche Purge du workflow dans le menu Période de maintenance hebdomadaire
  4. Tâche Nettoyage de la mémoire d’entrepôt de données dans le menu Période de maintenance hebdomadaire
  5. Tâche Maintenance des journaux d’audit dans le menu Période de maintenance hebdomadaire
  6. Tâche Maintenance de la purge des versions dans le menu Période de maintenance hebdomadaire

La synchronisation par défaut pour la période de maintenance quotidienne a lieu de 2 h à 5 h du matin. Les tâches configurées pour s’exécuter pendant la période de maintenance hebdomadaire sont exécutées entre 1 h et 2 h du matin le samedi.

Vous pouvez également configurer des synchronisations en appuyant sur l’icône d’engrenage sur l’une des deux cartes de maintenance :

chlimage_1

Remarque :

Depuis AEM 6.1, il est également possible de configurer les périodes de maintenance existantes pour qu’elles s’exécutent tous les mois.

Nettoyage de la révision

Pour plus d’informations sur l’exécution du nettoyage de la révision pour AEM 6.4, consultez cet article.

Nettoyage des binaires Lucene

Utilisez la tâche Nettoyage des binaires Lucene pour purger les fichiers binaires Lucene et réduire la taille nécessaire pour l’exécution de l’entrepôt de données. En effet, le taux de perte des fichiers binaires Lucene est redéclaré tous les jours au lieu de la dépendance antérieure lors d’une exécution réussie du nettoyage de l’entrepôt de données.

La tâche de maintenance a été conçue en vue de réduire les objets inutilisés dans les révisions liés à Lucene, mais elle présente en outre des avantages d’ordre général en termes d’efficacité :

  • L’exécution hebdomadaire de la tâche de nettoyage d’un entrepôt de données se terminera plus rapidement.
  • Elle peut également améliorer légèrement les performances générales d’AEM.

Pour accéder à la tâche Nettoyage des binaires Lucene, sélectionnez AEM > Outils > Opérations > Maintenance > Période de maintenance quotidienne > Nettoyage des binaires Lucene.

Nettoyage de la mémoire d’entrepôt de données

Pour plus d’informations sur ce sujet, consultez cette page de la documentation.

Purge du workflow

Il est possible également de purger les workflows à partir du tableau de bord de maintenance. Pour exécuter la tâche de purge du workflow, procédez comme suit :

  1. Cliquez sur la page Période de maintenance hebdomadaire.

  2. Dans la page suivante, cliquez sur le bouton Lire dans la carte Purge du workflow.

Maintenance des journaux d’audit

Pour en savoir plus sur la maintenance des journaux d’audit, consultez cette page de la documentation.

Purge de version

Vous pouvez planifier la tâche de maintenance Purge de version pour supprimer automatiquement les anciennes versions. Ainsi, cela réduit la nécessité d’utiliser manuellement les outils de purge de version. Pour planifier et configurer la tâche Purge de version, sélectionnez Outils > Opérations > Maintenance > Période de maintenance hebdomadaire et procédez comme suit :

  1. Cliquez sur le bouton Ajouter.

  2. Sélectionnez Purge de version dans le menu déroulant.

    version_purge_maintenancetask
  3. Pour configurer la tâche Purge de version, cliquez sur l’icône d’engrenage sur la carte de maintenance Purge de version qui vient d’être créée.

    version_purge_taskconfiguration

Dans AEM 6.4, vous pouvez arrêter la tâche de maintenance Purge de version comme suit :

  • Automatiquement : si la période de maintenance planifiée se termine avant que la tâche ne puisse se terminer, celle-ci s’arrête automatiquement. Elle reprend lorsque commence la période de maintenance suivante.
  • Manuellement : pour arrêter manuellement la tâche, sur la carte de maintenance Purge de version, cliquez sur l’icône Arrêter. La tâche reprend en toute sécurité lors de la prochaine exécution.

Remarque :

L’arrêt de la tâche de maintenance consiste à suspendre son exécution sans perdre la trace de la tâche déjà en cours.

Tâches de maintenance personnalisées

Les tâches de maintenance personnalisées peuvent être mises en œuvre sous forme de services OSGi. Lorsque l’infrastructure des tâches de maintenance repose sur le traitement des tâches Apache Sling, une tâche de maintenance doit mettre en œuvre l’interface Java org.apache.sling.event.jobs.consumer.JobExecutor. De plus, pour être détectée comme tâche de maintenance, elle doit déclarer différentes propriétés d’enregistrement de service, comme indiqué ci-dessous :

Nom de la propriété du service
Description Exemple
Type
granite.maintenance.isStoppable Attribut booléen, qui définit si l’utilisateur peut arrêter la tâche. Si une tâche indique qu’elle peut être arrêtée, elle doit vérifier pendant son exécution si elle a été arrêtée, puis agir en conséquence. La valeur par défaut est false. true Facultatif
granite.maintenance.mandatory Attribut booléen, qui définit si une tâche est obligatoire et doit être exécutée périodiquement. Si une tâche est obligatoire, mais qu’elle ne se trouve pas actuellement dans une fenêtre de planification active, un contrôle de l’intégrité signale qu’il s’agit d’une erreur. La valeur par défaut est false. true Facultatif
granite.maintenance.name Nom unique de la tâche, utilisé pour référencer la tâche. Il s’agit généralement d’un nom simple. MaTâcheMaintenance Obligatoire
granite.maintenance.title Titre affiché pour cette tâche Ma tâche de maintenance spéciale Obligatoire
job.topics Il s’agit d’une rubrique unique de la tâche de maintenance.
Le traitement des tâches Apache Sling démarre une tâche avec cette rubrique exactement afin d’exécuter la tâche de maintenance ; lorsque la tâche est enregistrée pour cette rubrique, elle est exécutée.
La rubrique doit commencer par com/adobe/granite/maintenance/job/
com/adobe/granite/maintenance/job/MaTâcheMaintenance Obligatoire

En dehors des propriétés de service ci-dessus, la méthode process() de l’interface JobConsumer doit être mise en œuvre en ajoutant le code à exécuter pour la tâche de maintenance. L’élément JobExecutionContext fourni peut être utilisé pour générer les informations d’état. Vérifiez si la tâche est interrompue par l’utilisateur et produit un résultat (réussite ou échec).

Dans les cas où une tâche de maintenance ne doit pas être exécutée sur toutes les installations (si vous l’exécutez uniquement sur l’instance de publication, par exemple), vous pouvez faire en sorte que le service doive être configuré de manière à être actif en ajoutant @Component(policy=ConfigurationPolicy.REQUIRE). Vous pouvez alors marquer la configuration correspondante comme étant dépendante du mode d’exécution dans le référentiel. Pour plus d’informations, voir Configuration d’OSGi.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de tâche de maintenance personnalisée, qui supprime des fichiers dans un répertoire temporaire configurable, modifié dans les dernières 24 heures :

src/main/java/com/adobe/granite/samples/maintenance/impl/DeleteTempFilesTask.java

 

/*

 * #%L

 * sample-maintenance-task

 * %%

 * Copyright (C) 2014 Adobe

 * %%

 * Licence octroyée dans le cadre de la licence Apache version 2.0 (la « licence »).

 * Vous ne pouvez pas utiliser ce fichier sauf si vous vous conformez aux termes de la licence.

 * Vous pouvez vous procurer une copie de la licence à l’adresse

 *

 *      http://www.apache.org/licenses/LICENSE-2.0

 *

 * Sauf si la législation en vigueur l’exige ou si un accord a été établi par écrit, le logiciel

 * distribué sous licence est fourni « EN L’ÉTAT »,

 * SANS GARANTIE NI CONDITION D’AUCUNE SORTE, explicite ou tacite.

 * Reportez-vous à la licence pour connaître les autorisations associées à des languages spécifiques et les

 * limitations dans le cadre de la licence.

 * #L%

 */

 

package com.adobe.granite.samples.maintenance.impl;

 

import java.io.File;

import java.util.Calendar;

import java.util.Collection;

import java.util.Map;

 

import org.apache.commons.io.FileUtils;

import org.apache.commons.io.filefilter.IOFileFilter;

import org.apache.commons.io.filefilter.TrueFileFilter;

import org.apache.felix.scr.annotations.Activate;

import org.apache.felix.scr.annotations.Component;

import org.apache.felix.scr.annotations.Properties;

import org.apache.felix.scr.annotations.Property;

import org.apache.felix.scr.annotations.Service;

import org.apache.sling.commons.osgi.PropertiesUtil;

import org.apache.sling.event.jobs.Job;

import org.apache.sling.event.jobs.consumer.JobConsumer;

import org.apache.sling.event.jobs.consumer.JobExecutionContext;

import org.apache.sling.event.jobs.consumer.JobExecutionResult;

import org.apache.sling.event.jobs.consumer.JobExecutor;

import org.slf4j.Logger;

import org.slf4j.LoggerFactory;

 

import com.adobe.granite.maintenance.MaintenanceConstants;

 

@Component(metatype = true,

        label = "Tâche de maintenance de suppression des fichiers temporaires",

        description = "Tâche de maintenance, qui supprime des fichiers dans un répertoire temporaire configurable, modifié au cours des dernières 24 heures.")

@Service

@Properties({

        @Property(name = MaintenanceConstants.PROPERTY_TASK_NAME, value = "DeleteTempFilesTask", propertyPrivate = true),

        @Property(name = MaintenanceConstants.PROPERTY_TASK_TITLE, value = "Delete Temp Files", propertyPrivate = true),

        @Property(name = JobConsumer.PROPERTY_TOPICS, value = MaintenanceConstants.TASK_TOPIC_PREFIX

                + "DeleteTempFilesTask", propertyPrivate = true) })

public class DeleteTempFilesTask implements JobExecutor {

 

    private static final Logger log = LoggerFactory.getLogger(DeleteTempFilesTask.class);

 

    @Property(label = "Répertoire temporaire", description="Répertoire temporaire. La propriété système par défaut est java.io.tm pdir.")

    private static final String PROP_TEMP_DIR = "temp.dir";

 

    private File tempDir;

 

    @Activate

    private void activate(Map<string, object=""> properties) {

        this.tempDir = new File(PropertiesUtil.toString(properties.get(PROP_TEMP_DIR),

                System.getProperty("java.io.tmpdir")));

    }

 

    @Override

    public JobExecutionResult process(Job job, JobExecutionContext context) {

        log.info("Deleting old temp files from {}.", tempDir.getAbsolutePath());

        Collection<fichier> files = FileUtils.listFiles(tempDir, new LastModifiedBeforeYesterdayFilter(),

                TrueFileFilter.INSTANCE);

        int counter = 0;

        for (File file : files) {

            log.debug("Deleting file {}.", file.getAbsolutePath());

            counter++;

            file.delete();

            // LISTE DE TÂCHES : enregistrez la sortie de la méthode delete() et faites-en quelque chose d’utile

        }

        return context.result().message(String.format("Deleted %s files.", counter)).succeeded();

    }

 

    /**

     * IOFileFilter, qui filtre les fichiers modifiés au cours des dernières 24 heures pour les éliminer.

     *

     */

    private static class LastModifiedBeforeYesterdayFilter implements IOFileFilter {

 

        private final long minTime;

 

        private LastModifiedBeforeYesterdayFilter() {

            Calendar cal = Calendar.getInstance();

            cal.add(Calendar.DATE, -1);

            this.minTime = cal.getTimeInMillis();

        }

 

        @Override

        public boolean accept(File dir, String name) {

            // Cette méthode n’est jamais réellement appelée.

            return false;

        }

 

        @Override

        public boolean accept(File file) {

            return file.lastModified() <= this.minTime;

        }

    }

 

}

</file></string,>

 

Experiencemanager-java-maintenancetask-sample – src/main/java/com/adobe/granite/samples/maintenance/impl/DeleteTempFilesTask.java

Une fois le service déployé, il est exposé dans le tableau de bord des opérations et peut être ajouté à l’une des planifications de maintenance disponibles :

chlimage_1

Une ressource correspondant à /apps/granite/operations/config/maintenance/ [planification]/[nom_tâche] est ajoutée. Si la tâche dépend du mode d’exécution, la propriété granite.operations.conditions.runmode doit être définie sur ce nœud avec les valeurs des modes d’exécution qui doivent être actives pour cette tâche de maintenance.

Présentation du système

Le tableau de bord de présentation du système présente en détail la configuration, le matériel et l’intégrité de l’instance AEM. En d’autres termes, l’état d’intégrité du système est transparent et toutes les informations sont agrégées dans un tableau de bord unique.

Remarque :

Vous pouvez également visionner cette vidéo pour découvrir une présentation du tableau de bord de présentation du système.

Accès

Pour accéder au tableau de bord de présentation du système, sélectionnez Outils > Opérations > Présentation du système.

system_overview_dashboard

Explication du tableau de bord de présentation du système

Le tableau ci-dessous décrit toutes les informations affichées dans le tableau de bord de présentation du système. Gardez à l’esprit que lorsqu’il n’y a pas de données à afficher (par exemple, aucune sauvegarde n’est en cours ou aucun contrôle de l’intégrité n’a l’état « Critique »), la section correspondante affiche le message « Aucune entrée ».

Vous pouvez également télécharger un fichier JSON qui récapitule les informations du tableau de bord en cliquant sur le bouton Télécharger dans le coin supérieur droit du tableau de bord. Le point de terminaison JSON est /libs/granite/operations/content/systemoverview/export.json et il peut être utilisé dans un script cURL pour la surveillance externe.

Section Informations affichées État « Critique » Est lié à
Contrôles de l’intégrité
  • Liste des contrôles renvoyant l’état « Critique »
  • Liste des contrôles renvoyant l’état « Avertissement »
Indication visuelle :
  • Indicateur rouge pour les contrôles Critique
  • Indicateur orange pour les contrôles Avertissement
  • Page Rapports d’intégrité
Tâches de maintenance
  • Liste des tâches ayant échoué
  • Liste des tâches en cours d’exécution
  • Liste des tâches qui ont réussi lors de la dernière exécution
  • Liste des tâches qui n’ont jamais été exécutées
  • Liste des tâches qui ne sont pas planifiées

Indication visuelle :

  • Indicateur rouge pour les tâches ayant échoué
  • Indicateur orange pour les tâches en cours d’exécution (car elles peuvent affecter les performances)
  • Indicateurs gris pour tous les autres états
  • Page Tâches de maintenance
Système
  • Système d’exploitation et version du système d’exploitation (Mac OS X, par exemple)
  • Charge moyenne du système, extraite de OperatingSystemMXBeanusable
  • Espace disque (sur la partition sur laquelle se trouve le répertoire)
  • Nombre maximal de segments de mémoire, renvoyé par MemoryMXBean
N/D N/D
Instance
  • Version d’AEM
  • Liste des modes d’exécution
  • Date à laquelle l’instance a été démarrée
N/D N/D
Référentiel
  • Version d’Oak
  • Type d’entrepôt de nœuds (fichier TAR de segments ou document)
    • Si le type est document, le type d’entrepôt de documents s’affiche (RDB ou Mongo).
  • S’il existe un entrepôt de données personnalisé :
    • Pour un entrepôt de données de fichiers, le chemin d’accès s’affiche.
    • Pour un entrepôt de données S3, le nom du compartiment S3 s’affiche.
    • Pour un entrepôt de données S3 partagé, le nom du compartiment S3 s’affiche.
    • Pour un entrepôt de données Azure, le conteneur s’affiche.
  • S’il n’y a pas d’entrepôt de données externe personnalisé, un message le mentionnant s’affiche.
N/D N/D
Agents de distribution
  • Liste des agents comportant des files d’attente bloquées
  • Liste des agents configurés incorrectement (« Erreur de configuration »)
  • Liste des agents dont le traitement de la file d’attente est suspendu
  • Liste des agents inactifs
  • Liste des agents en cours d’exécution (qui sont actuellement des entrées de traitement)

Indication visuelle :

  • Indicateur rouge pour les agents bloqués ou les erreurs de configuration
  • Indicateur orange pour les agents suspendus
  • Indicateur gris pour les agents suspendus, inactifs ou en cours d’exécution
Page de distribution
Agents de réplication
  • Liste des agents comportant des files d’attente bloquées
  • Liste des agents inactifs
  • Liste des agents en cours d’exécution (qui sont actuellement des entrées de traitement)

Indication visuelle :

  • Indicateur rouge pour les agents bloqués
  • Indicateur gris pour les agents suspendus
Page de réplication
Workflows
  • Tâches de workflow :
    • Nombre de tâches de workflow ayant échoué (le cas échéant)
    • Nombre de tâches de workflow annulées (le cas échéant)
  • Nombre de workflows : nombre de workflows avec un état donné (le cas échéant) :
    • en cours d’exécution
    • a échoué
    • suspendu
    • abandon

Pour chacun des états présentés ci-dessus, une requête est exécutée, avec une limite de 400 millisecondes. À 400 millisecondes, le nombre d’entrées obtenues jusqu’à ce point s’affiche.

Non interprété :

  • L’utilisateur doit vérifier s’il existe des workflows et des tâches avec des états inattendus.
Page Échecs de workflow
Tâches Sling

Nombre de tâches Sling : nombre de tâches ayant un état déterminé (le cas échéant) :

  • a échoué
  • en file d’attente
  • annulé
  • actif

Non interprété :

  • L’utilisateur doit vérifier s’il existe des tâches avec des états inattendus ou un nombre élevé.
N/D
Nombre de nœuds estimés

Nombre estimé :

  • pages
  • ressources
  • balises
  • éléments autorisables
  • nombre total de nœuds

Le nombre total de nœuds est dérivé de nodeCounterMBean ; les autres statistiques proviennent d’IndexInfoService.

N/D N/D
Sauvegarde Affiche « Sauvegarde en ligne en cours », le cas échéant. N/D N/D
Indexation

Affiche :

  • Indexation en cours
  • Requête en cours

Si un thread d’indexation ou de requête est présent dans l’image mémoire des threads.

N/D N/D

Ce produit est distribué sous licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage à l’identique 3.0 non transposé  Les publications Twitter™ et Facebook ne sont pas couvertes par les dispositions Creative Commons.

Mentions légales   |   Politique de confidentialité en ligne