Pour plus d’informations et d’instructions, cliquez sur les liens ci-dessous.

Méthodes d’importation et de mise en page de contenu XML

Lorsque vous importez des données XML, le contenu importé s’affiche sous forme d’éléments (unités élémentaires de base du langage XML) dans le volet Structure. InDesign ne crée pas de blocs ou de pages lorsque vous importez du contenu XML.

Ajout ou fusion

Il existe deux modes d’importation de contenu XML : le mode ajout et le mode fusion. Vous devez choisir une méthode selon le type de flux de production mis en place (manuel ou automatique), suivant la façon dont le contenu existant doit être géré et selon que vous souhaitez disposer ou non de fonctions avancées pour le traitement des données importées.

Mode ajout

Lorsque vous ajoutez du contenu importé, la structure existante et le contenu déjà présent dans le document restent inchangés ; le nouveau contenu XML est placé au bas du volet Structure sous la forme d’éléments.

Mode fusion

Lorsque vous fusionnez le contenu importé, InDesign effectue une comparaison entre le contenu XML entrant et la structure et les noms d’éléments existants. Si les éléments correspondent, les données importées sont substituées au contenu existant et fusionnent avec les blocs (standard ou de substitution) correctement balisés dans la page (les éléments pour lesquels InDesign ne trouve pas de nom ou de niveau hiérarchique correspondant sont placés dans le volet Structure, ce qui vous permet de les disposer manuellement). Lorsque vous optez pour le mode fusion, non seulement le contenu XML peut être mis en page de façon automatique, mais vous disposez également de fonctions d’importation avancées, telles que le filtrage du texte entrant ou le clonage des éléments pour le traitement des données qui se répètent.

Mise en page du contenu

Une fois le contenu XML importé, vous devez le placer dans le document. Le contenu peut être placé de façon manuelle, de façon automatique ou par le biais de scripts. Vous devez choisir une méthode en fonction du contenu importé, de la mise en page du document et du processus mis en place dans le cadre du flux de production.

Insertion manuelle de contenu

Si vous optez pour la méthode manuelle, vous devez faire glisser les éléments à partir du volet Structure vers des pages de votre document ou vers des blocs. Cette méthode est simple à mettre en œuvre et demande peu de préparation. Utilisez cette méthode si vous importez différents types de contenus ou si vous récupérez du contenu en provenance de sources diverses.

Importation manuelle de contenu XML importé
Importation manuelle de contenu XML importé

Insertion automatique de contenu

Vous pouvez automatiser le processus d’insertion de données XML dans votre mise en page. Cette méthode nécessite toutefois quelques préparatifs. Pour automatiser le processus d’insertion de contenu XML, vous devez tout d’abord préparer le document en créant des blocs de substitution balisés destinés à recevoir le contenu XML entrant. Si la structure et les noms d’éléments XML du contenu entrant correspondent à ceux des blocs de substitution, le contenu XML importé peut être placé automatiquement dans votre document. InDesign peut également cloner des éléments pour le traitement des données répétées, telles que les listes d’adresses ou le contenu de catalogues. Vous pouvez utiliser la méthode de mise en page automatique dans le cadre d’un processus structuré du flux de travail, afin d’optimiser le rythme et l’efficacité de la ligne de production.

Bloc de balise d’emplacement sélectionné balisé avec l’élément Article
Le bloc de substitution sélectionné (en haut) est balisé avec l’élément Article. Une fois les données XML importées (en bas), le bloc de substitution de l’élément Article reçoit automatiquement le contenu de l’élément Article.

Remarque :

InDesign reconnaît les options d’objet spéciales qui peuvent spécifier le style d’un paragraphe ou d’un caractère dans le code XML. Pour plus de détails, reportez-vous au guide de référence technique XML.

A propos de la fusion

Vous pouvez insérer des données XML dans un document en mode fusion ou en mode ajout. Le mode fusion vous permet d’automatiser l’opération d’insertion du contenu. Vous pouvez également filtrer les données du fichier XML pour n’insérer que des parties spécifiques de ce fichier.

Fusionnez le contenu XML entrant dans les cas suivants :

  • Le document contient des blocs de substitution dans lesquels vous souhaitez insérer le contenu XML importé.

  • Le document contient du contenu XML que vous souhaitez remplacer par le contenu XML importé.

  • Le document ne contient aucune structure XML, et vous souhaitez remplacer la racine par défaut par la racine du fichier XML entrant.

En mode fusion, InDesign effectue une comparaison entre les données XML entrantes et les éléments déjà contenus dans le document. InDesign parcourt le fichier élément par élément et compare les éléments entrants aux éléments existants de la façon suivante :

1. InDesign commence la comparaison au niveau de l’élément racine.

  • Si l’élément racine du fichier XML importé et celui du document InDesign ne correspondent pas et si le volet Structure ne contient aucune structure, InDesign remplace la racine du document InDesign par celle du fichier XML et importe ce fichier.

  • Si les éléments racine ne correspondent pas et si le volet Structure contient déjà des éléments, InDesign ajoute le fichier à la fin de la structure existante.

  • Si les éléments racine correspondent, le processus de fusion (et de mise en correspondance) se poursuit.

2. InDesign se déplace vers l’élément situé en dessous de la racine.

En démarrant de l’élément juste en dessous de la racine dans le fichier XML entrant, InDesign recherche un élément correspondant dans le volet Structure. Une correspondance est établie lorsque l’élément XML entrant porte le même nom qu’un élément existant présent dans le volet Structure et que les deux éléments se situent au même niveau hiérarchique.

  • Si InDesign trouve un élément correspondant dans le volet Structure, il le remplace par l’élément issu du fichier XML entrant.

  • Si InDesign ne trouve pas de correspondance, il insère l’élément entrant dans le volet Structure au point de départ de la recherche. Par exemple, si la recherche a commencé juste en dessous de la racine et qu’aucune correspondance n’a été trouvée, l’élément entrant est placé immédiatement en dessous de la racine.

3. InDesign continue de comparer les éléments.

InDesign continue de comparer le fichier XML entrant avec la structure existante, élément par élément. Le point de départ de la recherche se déplace dans le volet Structure à mesure que la recherche progresse, chaque nouvelle phase de recherche commençant juste en dessous du dernier élément inséré ou remplacé. InDesign se déplace toujours vers le bas, à partir de l’emplacement actif ; il ne place jamais d’éléments au-dessus du dernier élément inséré ou remplacé.

Importation et ajout de données XML

Lorsque vous importez du contenu XML, les nouveaux éléments s’affichent dans le volet Structure. Vous pouvez ensuite les insérer dans votre document par glisser-déplacer à partir de ce panneau.

  1. Ouvrez un document InDesign ou créez un document destiné à recevoir le contenu XML.
  2. Ouvrez le volet Structure. (Choisissez Affichage > Structure > Afficher la structure.)
  3. Choisissez Fichier > Importation XML (ou choisissez la commande Importation XML dans le menu du volet Structure), puis sélectionnez le fichier XML à importer.
  4. Sélectionnez Afficher les options d’importation XML.
  5. Sélectionnez la commande Ajouter le contenu, puis cliquez sur le bouton Ouvrir.
  6. Pour lier le contenu XML au fichier XML d’origine, sélectionnez Créer un lien.

    Le fichier XML est alors répertorié dans le panneau Liens, et un triangle d’alerte jaune s’affiche dans ce panneau si le contenu du fichier fait l’objet de modifications.

  7. Cliquez sur le bouton OK.

Mise en page manuelle du contenu XML

Vous pouvez placer manuellement du contenu XML dans votre document : il vous suffit pour cela de faire glisser des éléments à partir du volet Structure vers une page ou un bloc existant. Lorsque vous insérez un élément, ses éléments enfants (et les éléments enfants de ces éléments, s’ils existent) sont également insérés.

Dès qu’un élément est inséré dans le document, un losange bleu indiquant son niveau hiérarchique apparaît sur son icône dans le volet Structure ; les éléments qui n’ont pas été insérés dans le document se voient attribuer une icône d’élément non placé.

Remarque :

Si vous avez importé le contenu XML au moyen de l’option Fusionner le contenu, il se peut que certains éléments soient déjà mis en page. Lorsque vous fusionnez du contenu importé, InDesign agence automatiquement les éléments dans les blocs existants s’ils sont structurés et balisés de la même façon.

  1. Ouvrez le volet Structure (Affichage > Structure > Afficher la structure), puis sélectionnez les éléments à mettre en page.
  2. Utilisez l’une des méthodes suivantes pour chacun des éléments à placer dans le document :
    • Faites glisser l’élément vers la page. InDesign crée un bloc pour l’élément.

    • Faites glisser l’élément vers un bloc existant. Si le bloc contient des données, celles-ci sont remplacées par les données XML.

  3. Utilisez l’une des méthodes suivantes pour mettre en forme les éléments mis en page :
    • Etablissez la correspondance entre les balises XML et les styles de paragraphe, de caractère, de tableau et de cellule.

    • Appliquez des styles aux éléments.

    • Sélectionnez du contenu et mettez-le en forme manuellement au moyen des options de mise en forme disponibles dans le panneau Commande.

Mise en correspondance des balises aux styles

Les balises XML ne sont ni plus ni moins que des descriptions de données ; elles ne comportent aucune instruction de mise en forme. C’est la raison pour laquelle vous devez mettre en forme le contenu XML importé et mis en page. Pour ce faire, vous pouvez faire correspondre les balises XML avec des styles de paragraphe, de caractère, de tableau ou de cellule. Par exemple, vous pouvez faire correspondre la balise Signature au style de caractère Auteur. Ainsi, tout le contenu XML importé et inséré auquel vous appliquerez la balise Signature se verra automatiquement attribuer le style de caractère Auteur. Lorsque vous faites correspondre les balises avec des styles, la procédure de mise en forme du contenu XML importé devient plus simple et moins fastidieuse.

Il n’est pas obligatoire de faire correspondre toutes les balises avec un style de paragraphe ou de caractère. Il peut être plus simple dans certains cas de mettre en forme les éléments un par un ; il se peut également que certains éléments ne soient pas visibles dans la page. En outre, les éléments enfants héritent du style de paragraphe ou de caractère appliqué à l’élément parent, ce qui peut donner des résultats inattendus, auquel cas il est préférable de définir séparément les associations des éléments parents et des éléments enfants.

Remarque :

La commande Faire correspondre les balises aux styles a pour effet de réappliquer les styles sur l’ensemble d’un document, ce qui peut donner des résultats imprévus. Lorsque vous faites correspondre une balise avec un style, certaines plages de texte associées à un style spécifique peuvent se voir attribuer un autre style, suivant la balise XML qui leur est appliquée. Si vous avez déjà mis en forme du texte, il peut être préférable d’appliquer les styles manuellement pour éviter que les styles de paragraphe et de caractère que vous avez choisis soient remplacés.

  1. Dans le menu du panneau Balises ou Structure, choisissez Faire correspondre les balises aux styles.
    Boîte de dialogue Faire correspondre les balises aux styles
    Un menu de styles apparaît pour chacune des balises dans la boîte de données Faire correspondre les balises aux styles.

  2. Utilisez l’une des méthodes suivantes :
    • Pour importer des styles, des balises et des définitions d’associations à partir d’un autre document, cliquez sur Charger, sélectionnez un document, puis cliquez sur Ouvrir.

    • Pour associer les balises aux styles de façon individuelle, cliquez sur la colonne Style située en regard d’une balise et choisissez un style de paragraphe ou de caractère dans le menu qui s’affiche (le symbole du paragraphe identifie les styles de paragraphe dans le menu ; la lettre « A » identifie les styles de caractère). Répétez l’opération pour toutes les balises que vous voulez associer.

    • Pour associer automatiquement les balises aux styles portant le même nom, cliquez sur le bouton Faire correspondre avec le nom. Les styles portant le même nom que les balises sont sélectionnés dans la colonne Style. On considère que les noms d’une balise et d’un style correspondent s’ils ont la même orthographe, mais aussi la même casse ; par exemple, H1 et h1 sont considérés comme deux noms différents. Si le même nom de style est présent dans deux groupes de styles différents, l’option Faire correspondre avec le nom ne donne aucun résultat, et vous êtes invité à renommer l’un des styles.

  3. Cliquez sur le bouton OK.

A propos de la mise en page automatique

Vous pouvez utiliser InDesign pour automatiser le processus d’insertion de contenu XML importé dans une page. Pour ce faire, créez tout d’abord des tableaux ou des blocs de substitution et appliquez-leur des balises portant le même nom que les éléments XML qui leur sont destinés. Ensuite, vous devez importer le contenu XML dans les blocs de substitution en mode fusion. Lorsque InDesign trouve des balises portant le même nom et situées au même niveau hiérarchique, il fusionne le contenu XML et, pour ce faire, remplace le contenu existant présent dans le document.

Cette fonction peut vous être utile si vous souhaitez utiliser la même mise en page pour différentes séries de contenus. Par exemple, un bulletin hebdomadaire peut présenter un contenu différent à chaque numéro tout en conservant la même mise en page d’une semaine à l’autre.

Pour que les données XML importées puissent être directement fusionnées dans une page, le document doit remplir les conditions suivantes :

  • Les balises appliquées aux blocs (ou aux tableaux) contenus dans le document doivent porter le même nom que les éléments du fichier XML que vous prévoyez d’importer.

  • La structure du document (telle qu’elle apparaît dans le volet Structure) doit refléter la structure du fichier XML importé. En d’autres termes, les éléments qui portent le même nom doivent se situer au même niveau dans la structure hiérarchique de leur fichier respectif. Pour vous assurer que la structure du document reflète bien celle du fichier XML, il vous faudra peut-être réorganiser les éléments (et leurs éléments enfants) dans le volet Structure ou bien utiliser l’option Appliquer XSLT lorsque vous importerez le fichier XML.

Remarque :

InDesign place le contenu XML fusionné dans les blocs existants uniquement. Le texte d’un élément qui ne tient pas dans l’espace du bloc (ou de la série de blocs liés) qui lui est réservé devient du texte en excès.

Traitement des données répétées

Les données XML se répètent lorsque la même configuration d’éléments apparaît plusieurs fois de suite sur une rangée, chacune des instances contenant des données différentes. Par exemple, les éléments d’une base de données se répètent. Les adresses d’un tableau de données contiennent des informations qui se répètent (nom, adresse postale, ville, code postal) d’un individu à un autre.

Lorsque vous importez un contenu XML, vous pouvez sélectionner l’option Dupliquer les éléments de texte répétés dans la boîte de dialogue Options d’importation XML. En sélectionnant cette option, vous indiquez à InDesign de cloner les éléments répétés dans la structure. Le clonage permet de fusionner du contenu XML qui se répète dans un document sans qu’il soit nécessaire de créer des éléments d’emplacement dans le volet Structure (ou du texte de substitution dans un bloc) pour chaque enregistrement. Par exemple, pour importer une liste d’adresses XML constituée de 25 entrées, il vous suffit de créer la structure d’éléments correspondant à une entrée dans le volet Structure. Lorsque vous importez la liste complète, InDesign clone cette structure pour créer les éléments correspondant aux 25 entrées.

Le contenu XML répété est distribué sous la forme d’un seul article lorsque InDesign le fusionne dans le document. Si vous avez lié des blocs de substitution, InDesign répartit les données de bloc en bloc. Si les données XML ne tiennent pas dans les blocs de substitution qui leur sont réservées, vous pouvez créer des blocs supplémentaires et les relier pour permettre le placement automatique des données restantes ; il n’est pas nécessaire de faire glisser manuellement des éléments à partir du volet Structure vers des blocs individuels.

l’option Modifier la mise en page
Bloc de substitution lié dans la page (à gauche) et page après importation (à droite)

Création de balises d’emplacement pour la mise en page automatique

Créez des blocs (ou des tableaux) de substitution dans votre document si vous souhaitez que InDesign fusionne automatiquement le contenu XML importé dans votre page.

Remarque :

InDesign place le contenu XML fusionné dans les blocs existants uniquement. Le texte qui ne tient pas dans l’espace des blocs qui lui sont réservés devient du texte en excès.

Vous pouvez également créer du texte de substitution pour vous assurer que les données XML seront correctement placées et mises en forme dans la page. Le texte de substitution peut également être utilisé pour insérer des tabulations, des espaces ou des libellés (que l’on appelle « texte statique ») entre les éléments XML qui apparaissent dans un bloc.

Texte de substitution balisé et page après importation
Texte de substitution balisé (à gauche) et page après importation (à droite)

A. Retours chariots et texte statique ajoutés entre les éléments B. Texte de substitution 

Par exemple, si vous souhaitez importer des informations produit pour les placer dans votre document, vous pouvez séparer le nom, la description et le prix du produit par une tabulation et insérer des libellés tels que « Produit : » ou « Prix : » devant les segments de texte de substitution correspondant à ces éléments. Lorsque InDesign fusionne les données XML avec le bloc, il conserve les espaces, les tabulations et les étiquettes statiques entre les éléments de contenu.

Remarque :

Lorsque vous fusionnez des données XML qui se répètent dans votre document et que vous utilisez la fonction de clonage des éléments devant se répéter, InDesign clone également le texte statique et les espaces pour chacune des instances de données.

Création d’un bloc de substitution

  1. A l’aide de l’outil Texte, créez un bloc de texte pour le contenu XML.

    Remarque :

    Si vous souhaitez que InDesign répartisse le contenu de bloc en bloc, créez plusieurs blocs et reliez-les.

  2. Ouvrez le volet Structure (Affichage > Structure > Afficher la structure) et le panneau Balises (Fenêtre > Utilitaires > Balises).
  3. Si les balises contenues dans le panneau Balises ne portent pas le même nom que les éléments XML que vous prévoyez d’importer, créez les balises nécessaires ou chargez-les à partir du fichier XML.
  4. Appliquez la balise appropriée au bloc de substitution à l’aide du panneau Balises (lorsque vous appliquez une balise à un bloc, tous les blocs qui lui sont liés se voient appliquer la même balise).
  5. Le cas échéant, insérez de nouveaux éléments ou réorganisez les éléments existants dans le volet Structure pour obtenir une correspondance parfaite avec les éléments et la structure du fichier XML que vous prévoyez d’importer.

Création d’un tableau de substitution

Vous pouvez importer des éléments XML dans un bloc de substitution et dans un tableau de substitution. Dans un tableau, chaque cellule est représentée par un élément. InDesign place le contenu XML dans le tableau cellule par cellule et élément par élément, en commençant par le coin supérieur gauche du tableau et en faisant correspondre l’élément à la cellule balisée. Lorsque vous créez un tableau de substitution, vous devez baliser le tableau et toutes les cellules du tableau (les cellules fusionnées sont considérées comme une seule et même cellule).

Comme InDesign ne fait pas la distinction entre les lignes et les colonnes lors de l’importation, le nombre de colonnes du tableau de substitution doit correspondre au nombre de colonnes du contenu importé. En outre, tous les éléments cellules de tableau doivent être contenus dans un seul élément tableau. En d’autres termes, les cellules sont toutes des éléments de même niveau ayant le même élément parent.

Tableau de substitution
Tableau de substitution (en haut) et placement de contenu XML dans un tableau de substitution (en bas)

  1. Ouvrez le panneau Balises (Fenêtre > Utilitaires > Balises) et le volet Structure (Affichage > Structure > Afficher la structure).
  2. Si les balises contenues dans le panneau Balises ne portent pas le même nom que les éléments de tableau XML que vous prévoyez d’importer, créez les balises nécessaires ou chargez-les à partir d’un document existant.

    Remarque :

    Vous devez avoir au minimum des balises pour l’élément parent des cellules du tableau, les cellules du tableau et l’élément dans lequel le tableau va résider.

  3. Créez un tableau contenant le nombre approprié de colonnes pour le contenu XML. Vous n’avez pas besoin de créer le nombre exact de lignes : InDesign s’en charge si besoin est.
  4. Après avoir placé le point d’insertion à l’intérieur du tableau, choisissez Tableau > Sélectionner > Tableau et sélectionnez la balise appropriée dans le panneau Balises.
  5. Balisez chaque cellule du tableau avec la balise désirée. Suivant la structure de votre contenu XML, vous pouvez sélectionner et baliser chacune des cellules de façon individuelle, ou sélectionner une ligne ou une colonne entière (par exemple, si vous souhaitez baliser la première ligne ou ligne de titre) et appliquer la même balise à toutes les cellules sélectionnées.
  6. Le cas échéant, insérez de nouveaux éléments ou réorganisez les éléments existants dans le volet Structure, de telle sorte que votre document et le fichier XML que vous prévoyez d’importer aient les mêmes éléments et la même structure.

Création d’une structure de substitution destinée à recevoir des données répétitives

Les règles de fusion de contenu XML restent applicables en cas de fusion de contenu XML qui se répète : la structure des éléments définie dans le volet Structure doit refléter la structure du contenu XML importé, et les blocs de substitution doivent se voir appliquer les mêmes balises que les éléments parents du fichier XML.

Structure du texte de substitution définie dans le volet Structure
Structure du texte de substitution définie dans le volet Structure

A. Elément devant recevoir tous les éléments répétés B. Elément devant être cloné lors de l’importation du contenu XML qui se répète C. Eléments enfants correspondant aux données contenues dans l’élément devant se répéter 
  1. Dans un premier temps, vérifiez que vous disposez d’un élément parent ou racine définissant la série d’informations (ou « enregistrements ») que vous prévoyez d’importer.

    Par exemple, un élément chapitre qui contiendra une série de recettes.

  2. Créez sous cet élément parent un élément définissant l’information (ou « enregistrement ») devant se répéter.

    Ainsi, sous l’élément chapitre, vous pouvez créer un élément recette. Cet élément est celui qui sera cloné pour chacun des enregistrements figurant dans le contenu XML importé.

  3. Créez sous cet élément des éléments enfants définissant les unités d’information (ou « champs ») qui composent l’enregistrement.

    Par exemple, sous l’élément recette, vous pouvez créer les éléments nom-recette, ingrédients, instructions, notes et convives.

Remarque :

Pour insérer des libellés, des retours chariot ou des tabulations entre les éléments de type « champ » du contenu XML qui se répète, créez des éléments de substitution dans le bloc destiné à recevoir le contenu importé. Ensuite, ajoutez des espaces ou des libellés entre les blocs de substitution, selon les besoins.

Création d’un texte de substitution

  1. Ouvrez un document existant ou créez un document pour le contenu XML.
  2. Ouvrez le panneau Balises (Fenêtre > Utilitaires > Balises) et le volet Structure (Affichage > Structure > Afficher la structure).
  3. Assurez-vous que les balises contenues dans le panneau Balises portent le même nom que les éléments contenus dans le fichier XML que vous prévoyez d’importer. S’il y a lieu, créez les balises nécessaires ou chargez-les à partir du fichier XML.

    Remarque :

    L’importation d’un échantillon de contenu XML est la meilleure manière d’obtenir toutes les balises nécessaires et de s’assurer que la structure du document correspond bien au fichier XML.

  4. Créez les blocs de substitution destinés à recevoir le contenu XML (et reliez-les).
  5. Activez l’outil Texte, cliquez sur le premier bloc afin de créer un point d’insertion et saisissez du texte de substitution pour chaque élément devant être inséré dans ce bloc. Insérez les espaces nécessaires entre les éléments, ainsi que le texte statique.

    Remarque :

    Si vous prévoyez d’importer des données qui se répètent, vous ne devez créer qu’une seule instance de texte échantillon pour les éléments devant se répéter.

  6. Mettez le texte en forme de la manière dont vous voulez qu’il apparaisse dans le document final.
  7. Appliquez au bloc de texte la balise de l’élément parent destiné à recevoir les éléments (ou le contenu qui se répète) que vous prévoyez d’importer dans ce bloc.
  8. Placez le point d’insertion dans le texte de substitution et choisissez Edition > Modifier en mode éditeur.
  9. Choisissez Affichage > Structure > Afficher les marques de balises.
  10. Choisissez Edition > Tout sélectionner.
  11. Dans le panneau Balises, cliquez sur Ajouter, puis sélectionnez la balise que vous avez appliquée au bloc.

    InDesign associe le texte de substitution à la balise et ajoute l’élément au volet Structure.

  12. Sélectionnez le texte représentant le premier élément enfant, puis cliquez sur sa balise dans le panneau Balises. Répétez l’opération jusqu’à ce que vous ayez balisé tout le texte de substitution enfant.

    Remarque :

    Lorsque vous balisez du texte de substitution, ne sélectionnez pas le texte statique ou les espaces qui doivent figurer entre les éléments. Balisez uniquement le texte à remplacer par du contenu XML.

  13. Dans le volet Structure, passez en revue la structure hiérarchique obtenue suite au balisage pour vérifier qu’elle correspond à la structure du contenu XML que vous prévoyez d’importer.

Importation et fusion de contenu XML

Une fois vos blocs, tableaux et texte de substitution créés et balisés (vérifiez que votre document et le fichier XML importé partagent les mêmes balises et la même structure), vous pouvez importer le contenu XML dans votre mise en page.

Vous devez utiliser l’option Fusionner le contenu pour importer du contenu XML dans les balises d’emplacement (ou pour remplacer du contenu dans le document). Lorsque vous fusionnez du contenu, InDesign remplace les éléments du document partageant des balises et une structure communes par les éléments XML importés. Vous pouvez utiliser des options d’importation supplémentaires pour exclure du contenu importé (c’est-à-dire filtré) dont la structure ne respecte pas celle du document, pour supprimer les éléments du document qui diffèrent ou pour remplacer le contenu XML importé et cloner les éléments XML répétitifs.

Si le fichier XML importé contient des éléments qui ne sont pas présents dans le document, InDesign les place dans le volet Structure sans les mettre en page dans votre document.

Pour réussir la fusion de contenu XML avec des balises d’emplacement, respectez les règles suivantes :

  • Balisez les balises d’emplacement avec le même nom de balise que l’élément XML qui doit les remplacer (ou être placé dedans).

  • Dans le texte de substitution, assurez-vous que les espacements, les retours, les tabulations et le texte statique sont placés en dehors des balises d’élément de substitution, mais à l’intérieur de l’élément parent de l’article.

  • Lorsque vous importez le contenu XML, sélectionnez l’option Ne pas importer les éléments contenant seulement des espaces (vous conservez ainsi l’espacement et le texte statique si les éléments XML importés contiennent uniquement des espaces).

Fusion du contenu XML avec du contenu existant ou des blocs de substitution

  1. Ouvrez le document InDesign contenant les blocs de substitution pour le contenu XML.
  2. Ouvrez le volet Structure (Affichage > Structure > Afficher la structure).
  3. Choisissez Fichier > Importation XML (ou choisissez Importation XML dans le menu du volet Structure), puis sélectionnez le fichier XML à importer.
  4. Sélectionnez Afficher les options d’importation XML.
  5. Sélectionnez la commande Fusionner le contenu et cliquez sur Ouvrir.
  6. Pour lier le contenu XML au fichier XML d’origine, sélectionnez Créer un lien.

    Le fichier XML s’affiche alors dans le panneau Liens, et un triangle d’alerte jaune apparaît dans ce panneau si le contenu du fichier source fait l’objet de modifications.

  7. Sélectionnez au besoin d’autres options d’importation :

    Dupliquer les éléments de texte répétés

    Si vous importez du contenu XML qui se répète, cette option clone un seul élément de substitution afin de créer un conteneur pour chaque enregistrement dans le fichier.

    Importer seulement les éléments correspondant à la structure

    Filtre le contenu XML entrant de sorte que les éléments qui ne sont pas présents dans le volet Structure ne sont pas importés.

    Ne pas importer les éléments contenant seulement des espaces

    Préserve les espacements et le texte statique insérés entre les éléments d’un bloc de substitution.

    Supprimer les éléments, blocs et contenus ne correspondant pas au fichier XML importé

    Après l’importation du contenu XML, supprime les éléments et balises d’emplacement du document qui ne correspondent à aucune donnée ou qui n’ont pas été remplacés.

  8. Cliquez sur le bouton OK.

InDesign fusionne le contenu dans le document, à commencer par le premier élément correspondant dans le fichier XML.

Options d’importation XML

Lors de l’importation dans votre document de fichiers XML à l’aide de l’option Fusionner le contenu, la boîte de dialogue Options d’importation XML vous propose les options suivantes :

Créer un lien

Lie le contenu au fichier XML de sorte que si le fichier XML est mis à jour, vous pouvez actualiser les données XML dans votre document InDesign.

Appliquer XSLT

Applique une feuille de style afin de définir la transformation du contenu XML importé. Sélectionnez Parcourir (Windows) ou Choisir (Mac OS) pour sélectionner un fichier XSLT (.xsl ou .xslt) dans le système de fichiers. Si vous choisissez l’option par défaut Utiliser la feuille de style XML, InDesign utilise une instruction de traitement XSLT, si elle est présente dans le fichier XML, pour transformer les données XML.

Dupliquer les éléments de texte répétés

Reproduit la mise en forme appliquée au texte de substitution balisé pour le contenu qui se répète. Créez une instance de mise en forme (par exemple, une adresse), puis réutilisez sa mise en page pour créer d’autres instances automatiquement (voir la section Traitement des données qui se répètent).

Importer seulement les éléments correspondant à la structure

Filtre le contenu XML importé, de sorte que seuls les éléments du fichier XML importé qui correspondent à un élément du document sont importés.

Importer les éléments de texte dans des tableaux si les balises sont identiques

Importe les éléments dans un tableau si les balises correspondent aux balises appliquées au tableau de substitution et à ses cellules. Vous pouvez utiliser cette option pour placer des éléments de base de données dans un tableau, par exemple, lorsque vous créez des listes de tarifs ou des feuilles d’inventaire.

Ne pas importer les éléments contenant seulement des espaces

Conserve tout contenu existant si le contenu XML correspondant ne contient que des blancs (retour chariot ou tabulation). Utilisez cette option si vous avez inclus du texte entre les éléments de vos blocs de substitution et que vous souhaitez le conserver. Par exemple, lorsque vous mettez en page des recettes provenant d’une base de données, vous pouvez ajouter des étiquettes, comme « Ingrédients » ou « Instructions ». Tant que l’élément parent englobant chaque recette ne contient que des blancs, InDesign garde les étiquettes telles quelles.

Supprimer les éléments, blocs et contenus ne correspondant pas au fichier XML importé

Supprime des éléments du volet Structure ainsi que la mise en page du document s’ils ne correspondent à aucun élément dans le fichier XML importé. Utilisez cette option pour filtrer les données dans le document. Par exemple, lorsque vous importez des noms et des adresses, vous pouvez avoir du texte de substitution pour un élément contenant le nom de la société. Si l’un des noms n’inclut pas l’élément de société, InDesign supprime l’élément contenant le texte de substitution.

Importer des tableaux CALS en tant que tableaux InDesign

Importe les tableaux CALS dans le fichier XML comme tableaux InDesign.

Ce produit est distribué sous licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage à l’identique 3.0 non transposé  Les publications Twitter™ et Facebook ne sont pas couvertes par les dispositions Creative Commons.

Mentions légales   |   Politique de confidentialité en ligne