Importation de graphiques Adobe Illustrator

Le mode d’importation de graphiques Illustrator dépend de la quantité de modifications à apporter au graphique après l’importation. Vous pouvez importer des graphiques Illustrator dans InDesign dans leur format natif (.ai).

Pour régler la visibilité des calques dans InDesign

Importez le graphique à l’aide de la commande Importer, puis choisissez Edition > Modifier l’original pour ouvrir le graphique dans Illustrator et le modifier à votre convenance. Pour une publication multilingue par exemple, vous pouvez créer une illustration comprenant un calque de texte pour chaque langue. Vous pouvez transformer l’illustration en un objet dans InDesign, mais vous ne pouvez alors plus modifier les tracés, les objets ou le texte dans l’illustration.

Fichier multicalque avec calques en espagnol et en anglais
Fichier multicalque avec calques en espagnol et en anglais

Pour modifier des objets et des tracés dans InDesign

Copiez l’image à partir d’Illustrator et collez-la dans un document InDesign. Par exemple, dans le cas d’un magazine, vous pouvez utiliser le même élément de composition pour chaque numéro mais modifier sa couleur tous les mois. Lorsque vous collez un graphique dans InDesign, vous pouvez modifier la couleur, le tracé ou les paramètres de transparence des objets à l’aide des outils InDesign conçus à cet effet.

Pour importer des graphiques Illustrator comportant plusieurs plans de travail

Les graphiques Illustrator CS4 peuvent inclure plusieurs plans de travail. Lorsque vous importez un graphique Illustrator de ce type, vous pouvez indiquer quel plan de travail ou « page » importer à l’aide des options d’importation.

Création d’un fichier PDF multicalque dans Adobe Illustrator

Vous pouvez enregistrer un graphique Illustrator sous forme de fichier PDF multicalque et contrôler la visibilité des calques dans InDesign. En réglant la visibilité des calques dans InDesign, vous pouvez adapter une illustration au contexte. Plutôt que de créer plusieurs versions de la même illustration, par exemple pour une publication multilingue, placez la même illustration là où vous en avez besoin et réglez la visibilité des calques.

Vous pouvez transformer un fichier PDF en objet (vous pouvez ainsi le redimensionner ou le faire pivoter), mais dans ce cas, vous ne pouvez plus modifier les tracés, les objets ou le texte dans l’illustration.

Si vous importez un fichier Illustrator contenant plusieurs plans de travail, vous pouvez spécifier celui que vous voulez utiliser, comme lors de l’importation de fichiers PDF multipages.

Remarque :

évitez de placer des calques dans des ensembles de calques imbriqués si vous souhaitez pouvoir modifier les calques dans InDesign.

  1. Dans Illustrator, choisissez Fichier > Enregistrer sous.

  2. Dans la boîte de dialogue Enregistrer sous, entrez un nom de fichier, puis choisissez l’emplacement du fichier.

  3. Choisissez le format Adobe PDF (.pdf) et cliquez sur Enregistrer.

  4. Dans la boîte de dialogue Options Adobe PDF, choisissez Acrobat 6 (1.5) ou une version ultérieure dans le champ Compatibilité.

  5. Sélectionnez Créer des calques Acrobat d’après des calques de niveau supérieur et cliquez sur Enregistrer en PDF.

Collage de graphiques Illustrator dans InDesign

Lorsque vous importez un graphique depuis Illustrator 8.0 ou version ultérieure dans un document InDesign, l’image s’affiche dans InDesign comme un ensemble d’objets modifiables. Par exemple, si vous copiez à partir d’Illustrator le dessin d’un ballon formé de pièces créées individuellement, InDesign les colle en les groupant ; elles peuvent ensuite être dissociées et modifiées à l’aide des outils d’InDesign. La visibilité des calques ne peut pas être modifiée dans l’illustration.

Ballon de football dans Illustrator (à gauche) et dans InDesign (à droite)
Illustration d’un ballon de football dans Illustrator (à gauche) et même illustration collée dans InDesign (à droite)

Remarque :

avant de coller un graphique, assurez-vous qu’Illustrator est configuré pour copier au format AICB (voir l’aide d’Illustrator). Dans InDesign, assurez-vous que l’option Préférer le PDF au collage n’est pas sélectionnée dans les préférences Gestion du presse-papiers. Si ces options ne sont pas correctement définies, le graphique Illustrator ne pourra pas être modifié dans InDesign.

Problèmes pouvant se produire lorsque vous collez ou faites glisser un graphique d’Illustrator dans InDesign

Couleur

Illustrator prend en charge les modèles colorimétriques niveaux de gris, RVB, TSL, CMJN, ainsi que le modèle de couleurs web RVB sécurisées. InDesign prend en charge les modèles LAB, CMJN et RVB. Lorsque vous collez ou faites glisser un graphique d’Illustrator dans InDesign, les couleurs RVB et CMJN sont converties au modèle de couleur adéquat. Les couleurs niveaux de gris sont converties en la valeur N appropriée d’une couleur CMJN dans InDesign. Les objets TSL et objets Web RVB sont convertis en couleurs RVB dans InDesign. Les couleurs avec des ombres lisses et des dégradés peuvent être modifiées dans InDesign.

Dégradés

Les dégradés linéaires et radiaux créés dans Illustrator peuvent être modifiés à l’aide de l’outil Dégradé ou le panneau Dégradé dans InDesign. Les dégradés composés de nombreux tons directs ou de motifs compliqués peuvent apparaître comme non modifiables dans InDesign. Si votre illustration contient des dégradés compliqués, importez-la à l’aide de la commande Importer.

Transparence

La transparence est aplatie lorsqu’un graphique Illustrator est collé ou glissé dans InDesign.

Styles graphiques

Les styles graphiques Illustrator ne deviennent pas des styles d’objet InDesign lorsqu’une image est importée dans InDesign par collage ou glisser-déposer.

Motifs

Les objets Illustrator avec un motif pour le fond ou le contour deviennent des images EPS incorporées lorsqu’ils sont importés dans InDesign par collage ou glisser-déposer.

Texte

Si vous faites glisser du texte depuis Illustrator dans InDesign, celui-ci est vectorisé et ne peut pas être modifié avec l’outil Texte. Si vous sélectionnez le texte avec l’outil Texte dans Illustrator, puis que vous le copiez dans un bloc de texte dans InDesign, le texte perd sa mise en forme mais reste modifiable. Si vous faites glisser le texte dans InDesign sans sélectionner de bloc, le texte perd sa mise en forme et ne peut plus être modifié.

Lorsque vous collez du texte à partir d’Illustrator, celui-ci est importé sous la forme d’un ou plusieurs objets pouvant être transformés et colorisés dans InDesign, mais pas modifiés. Par exemple, si vous créez du texte sur un tracé dans Illustrator, puis que vous le collez dans InDesign, le texte peut être colorisé, subir une rotation et une mise à l’échelle, mais il ne peut pas être modifié à l’aide de l’outil Texte. Pour pouvoir modifier le texte, utilisez l’outil Texte pour le coller dans un bloc de texte.

Illustration

Les illustrations copiées depuis Illustrator et collées dans InDesign sont incorporées dans le document InDesign. Aucun lien vers le fichier Illustrator original n’est créé.

Importation des fichiers Adobe Photoshop (.PSD)

Vous pouvez importer des graphiques créés dans Adobe Photoshop 4.0 et versions ultérieures directement dans une mise en page InDesign.

Calques et compositions de calques

Vous pouvez régler la visibilité des calques de niveau supérieur dans InDesign et afficher différentes compositions de calques. La modification de la visibilité des calques ou des compositions de calques dans InDesign ne modifie pas le fichier Photoshop initial.

Tracés, masques ou couches alpha

Si vous enregistrez des tracés, des masques ou des couches alpha dans un fichier Photoshop, InDesign peut les utiliser pour supprimer des arrière-plans ou pour habiller le contour d’un graphique. Les graphiques contenant des tracés, des masques ou des couches alpha se comportent comme des objets transparents lorsqu’ils sont importés.

Profil de gestion des couleurs ICC

Si vous importez une image Photoshop avec un profil de gestion des couleurs ICC incorporé, InDesign lit automatiquement ce profil, à condition que la gestion des couleurs soit active. Vous pouvez remplacer le profil incorporé de l’image à l’aide de la boîte de dialogue Options d’importation, ou attribuer un profil de couleurs différent à l’image dans InDesign. Le remplacement du profil de couleurs dans InDesign ne supprime pas et ne modifie pas le profil incorporé dans l’image Photoshop.

Couches de tons directs

Les couches de tons directs, dans les fichiers PSD ou TIFF d’Adobe Photoshop, apparaissent dans InDesign comme des tons directs dans le panneau Nuancier. Si l’image utilise un ton direct qu’InDesign ne reconnaît pas, ce dernier peut apparaître en gris dans le document InDesign et ne pas s’imprimer correctement comme composite. (Toutefois, l’image s’imprime correctement avec les séparations de couleurs.) Pour simuler le graphique comme composite, vous pouvez créer un ton direct avec les valeurs de couleurs correctes puis créer un pseudonyme vers ce nouveau ton direct pour la couleur du PSD. Le graphique s’imprime alors correctement en mode composite et s’affiche convenablement à l’écran si l’option Aperçu de la surimpression est activée (choisissez Affichage > Aperçu de la surimpression). Supprimez le pseudonyme avant d’imprimer les séparations de sorte que l’image s’imprime sur la plaque sélectionnée.

Importation de pages PDF

La commande Importer vous permet de spécifier les pages à importer à partir d’un fichier PDF multipages ou d’un fichier Illustrator comportant plusieurs plans de travail. Vous pouvez, au choix, importer une seule page, une série de pages ou toutes les pages du document. Les fichiers PDF multipages permettent aux concepteurs de combiner des illustrations en vue d’une publication en un fichier unique.

Les options de sélection de groupes de pages apparaissent si vous sélectionnez Afficher les options d’importation dans la boîte de dialogue Importer. (voir la section Options d’importation Acrobat (.pdf) et Illustrator (.ai)). Cette boîte de dialogue contient un aperçu présentant une vignette des pages avant que vous ne les importiez. Si vous importez plusieurs pages, InDesign recharge l’icône de graphique avec la page suivante, afin que vous puissiez importer les pages les unes après les autres. InDesign n’importe pas les films, sons, liens ni boutons d’un fichier PDF.

Comparer la résolution de l’appareil et la résolution d’écran des pages PDF importées

Une page PDF importée s’affiche avec des résolutions d’écran et de mise à l’échelle optimisées. Lorsqu’elle est imprimée sur un périphérique de sortie PostScript, une page PDF importée s’imprime toujours avec la résolution du périphérique. Si l’impression s’effectue sur une imprimante non-PostScript, une page PDF importée s’imprime avec la même résolution que les autres objets InDesign du document. Par exemple, les objets vectoriels (dessins) s’impriment avec une résolution semblable à celle des autres objets vectoriels du document. La résolution d’impression des images bitmap est la résolution la plus haute du fichier PDF importé.

Pour créer des liens à des fichiers PDF importés

Une page PDF importée s’affiche dans un document InDesign sous la forme d’un aperçu à l’écran comportant un lien vers une page spécifique du fichier PDF d’origine. Après avoir importé une page PDF, vous pouvez rompre les liens en utilisant l’une des méthodes suivantes :

  • Si vous ajoutez un mot de passe au fichier PDF d’origine qui a été importé dans un document InDesign et que vous actualisez le lien, le système vous invite à entrer le mot de passe.

  • Si vous supprimez des pages du document PDF d’origine et mettez le lien à jour, le numéro de la page PDF importée est modifié afin de correspondre au nouveau numéro de la page d’origine.

  • Si vous changez l’ordre des pages du fichier PDF d’origine et mettez le lien à jour, la page PDF importée peut être différente du résultat escompté. Si c’est le cas, importez de nouveau la page.

Couleur dans les pages PDF importées

InDesign préserve les couleurs incorporées dans les pages PDF, même si la couleur provient d’une bibliothèque de couleurs qui n’a pas été installée avec InDesign (telle que la bibliothèque Hexachrome® PANTONE). En outre, l’importation préserve les recouvrements de couleurs d’une page PDF.

Lorsque la gestion des couleurs est active, InDesign affiche le fichier PDF importé à l’aide du profil ICC incorporé ou du profil de rendu de la sortie (PDF/X uniquement). Si la gestion des couleurs est désactivée ou si vous importez un fichier PDF qui ne contient pas de profil ICC ou de profil de rendu de la sortie, les couleurs du fichier PDF importé sont étalonnées à l’aide du profil de couleurs du document InDesign.

Lorsque vous exportez ou imprimez le document, vous pouvez préserver le profil ICC incorporé dans le fichier PDF importé ou le remplacer par le profil du document. Les profils de rendu de la sortie sont utilisés pour l’affichage et sont inclus lorsque vous exportez sous PDF/X ; ils ne sont pas utilisés pour l’impression du document et ne sont pas inclus lors de l’exportation dans un autre format.

Paramètres de sécurité dans les pages PDF importées

Etant donné qu’une page PDF importée est liée au fichier PDF d’origine, elle comporte également les paramètres de sécurité de ce fichier. Si une personne modifie ces paramètres, ils sont mis à jour dans la page PDF importée lors de la mise à jour des liens.

Si vous entrez un mot de passe principal lors de l’importation d’une page PDF, vous annulez toute restriction dans la page PDF, permettant ainsi à la page PDF importée de s’exporter correctement.

Importation de pages InDesign (.indd)

A l’aide de la commande Importer, vous pouvez importer des pages d’un document InDesign dans un autre. Vous pouvez importer une page, une plage de pages ou toutes les pages du document. Les pages sont importées en tant qu’objets (de la même façon que les fichiers PDF sont importés).

Ajoutez des pages dans votre document pour accueillir les pages à importer. Choisissez Fichier > Importer et sélectionnez un fichier .indd. Vous pouvez ensuite activer l’option Afficher les options d’importation, puis spécifier les pages à importer, les calques à rendre visibles et le recadrage des pages importées. Vous pouvez faire défiler les vignettes des pages dans la fenêtre Aperçu pour les examiner de plus près. Les pages que vous sélectionnez sont chargées dans l’icône de graphique. Si vous importez plusieurs pages, InDesign charge l’icône de graphique avec la page suivante. Vous pouvez ainsi importer les pages les unes après les autres.

Remarque :

le nom de chaque page importée s’affiche dans le panneau Liens. Si une page que vous avez importée contient un graphique ou un autre élément importé dans celle-ci, le nom de cet élément figure également dans le panneau Liens. Les noms des éléments importés secondaires sont recensés sous un triangle d’affichage dans le panneau Liens, afin que vous puissiez les différencier des pages importées.

Importation d’autres formats graphiques

InDesign prend en charge un certain nombre de formats graphiques, y compris les formats de bitmaps, tels que TIFF, GIF, JPEG et BMP ainsi que les formats vectoriels tels que EPS. Les formats DCS, PICT, WMF, EMF, PCX, PNG et Scitex CT (.SCT) sont également pris en charge. Vous pouvez importer un fichier SWF en tant que séquence vidéo.

Fichiers TIFF (.tif)

TIFF est un format d’image bitmap souple pris en charge par la plupart des applications de dessin, de retouche d’images et de mise en page. En outre, presque tous les scanners de bureau sont en mesure de produire des images TIFF.

Le format TIFF prend en charge les modes colorimétriques CMJN, RVB, niveaux de gris, LAB, couleurs indexées et les fichiers bitmap contenant des couches alpha et tons directs. Vous pouvez sélectionner une couche alpha lorsque vous importez un fichier TIFF. Les couches de tons directs apparaissent dans InDesign comme des tons directs dans le panneau Nuancier.

Utilisez un programme de retouche d’images comme Photoshop pour créer un masque si vous souhaitez un arrière-plan transparent dans une image TIFF. InDesign prend en charge les masques dans les images TIFF et reconnaît les commentaires OPI codés.

Fichiers Graphics Interchange Format (.gif)

Le format GIF (Graphics Interchange Format) est un format standard d’affichage des images sur le web et d’autres services en ligne. Sa méthode de compression est dite sans perte, car il compresse les données des images sans perdre de détails. Ce type de compression est idéal pour les graphiques avec un nombre limité de couleurs unies, comme les logos ou les diagrammes. Cependant, le format GIF est limité à 256 couleurs. Il est donc moins efficace pour l’affichage des photographies en ligne (utilisez plutôt le format JPEG) et déconseillé pour les imprimés commerciaux. Si un fichier GIF importé contient des transparences, l’image interagit uniquement aux emplacements où l’arrière-plan est transparent.

Fichiers JPEG (.jpg)

Le format JPEG (Joint Photographic Experts Group) s’utilise beaucoup pour l’affichage de photographies et autres images à tons continus au format HTML sur le Web et autres supports en ligne. Le format JPEG prend en charge les modes colorimétriques CMJN, RVB et niveaux de gris. Contrairement au format GIF, le format JPEG conserve toutes les informations colorimétriques d’une image RVB.

Le format JPEG utilise un schéma de compression ajustable et avec perte qui réduit de manière efficace la taille du fichier en identifiant et en supprimant les données inutiles à l’affichage de l’image. Un niveau de compression élevé induit une qualité d’image basse tandis qu’un niveau de compression bas implique une image de meilleure qualité mais une taille de fichier supérieure. Dans la plupart des cas, la compression d’une image à l’aide de l’option de qualité Maximale permet d’obtenir un résultat parfaitement identique à l’original. L’ouverture d’une image JPEG entraîne automatiquement sa décompression.

Remarque :

le codage JPEG, qui peut être effectué sur un fichier EPS ou DCS à l’aide d’une application de retouche d’images comme Photoshop, ne crée pas de fichier JPEG. Il compresse le fichier selon le schéma de compression JPEG expliqué plus haut.

Le format JPEG est adapté aux photographies, mais les images JPEG de couleurs unies (images contenant de grandes étendues d’une seule couleur) ont tendance à perdre de leur netteté. InDesign reconnaît et prend en charge les masques des fichiers JPEG créés dans Photoshop. Le format JPEG peut être utilisé pour l’impression en ligne et commerciale. Travaillez en collaboration avec votre prestataire de services prépresse pour préserver la qualité JPEG lors de l’impression.

Fichiers bitmap (.bmp)

BMP est le format standard des images bitmap Windows sur des ordinateurs compatibles DOS et Windows. Il ne prend pas en charge le modèle CMJN et sa gestion des couleurs se limite à 1, 4, 8 ou 24 bits. Il est donc mal adapté à l’impression commerciale ou à la diffusion en ligne et n’est pas pris en charge par certains navigateurs Web. Les images BMP offrent une qualité d’impression acceptable à basse résolution ou sur des imprimantes non-PostScript.

Fichiers Encapsulated PostScript (.eps)

Le format de fichier EPS (Encapsulated PostScript) s’utilise pour transférer des illustrations en langage PostScript d’une application à une autre. Il est pris en charge par la plupart des programmes de mise en page et de retouche d’images. Si les fichiers EPS contiennent généralement des illustrations ou des tableaux importés vers une mise en page, ils peuvent également contenir une page entière.

Etant donné qu’ils sont basés sur le langage PostScript, les fichiers EPS peuvent contenir du texte, des graphiques vectoriels et des images bitmap. Les images PostScript ne pouvant pas s’afficher à l’écran, InDesign crée des aperçus bitmap d’images EPS pour une visualisation à l’écran. InDesign reconnaît les masques dans les fichiers EPS créés dans Photoshop.

Lorsque vous importez un fichier EPS, les tons directs qu’il contient s’ajoutent au panneau Nuancier d’InDesign. Le format EPS permet d’obtenir une résolution, une précision et des couleurs de qualité prépresse. Ce format inclut toutes les données d’image et de couleur nécessaires à la séparation des couleurs d’une image DCS incorporée dans des images EPS. Si EPS n’est pas le format le plus adapté à la publication en ligne au format HTML, il l’est en revanche pour la publication en ligne au format PDF.

Les fichiers EPS peuvent contenir des commentaires OPI (Open Prepress Interface) permettant d’utiliser des versions d’images rapides et basse résolution (doublures) pour les positionner sur une page. Au moment de la sortie finale, InDesign ou votre prestataire de services prépresse peuvent automatiquement remplacer les doublures par leurs versions haute résolution.

Fichiers Desktop Color Separations (.dcs)

Le format de séparation des couleurs DCS (Desktop Color Separations), développé par Quark, est une variante du format EPS standard. Le format DCS 2.0 prend en charge les fichiers CMJN multicouches avec plusieurs couches de tons directs (ces couches apparaissent comme des tons directs dans le panneau Nuancier d’InDesign). Le format DCS 1.0 prend en charge les fichiers CMJN sans tons directs. InDesign reconnaît les masques de fichiers DCS 1.0 et DCS 2.0 créés dans Photoshop.

Les fichiers DCS sont destinés à une utilisation dans un flux de production préséparé et basé sur l’ordinateur hôte. Les fichiers de séparations de couleurs associés à une image DCS sont généralement exclus lors de l’exportation ou de l’impression d’un composite vers un fichier PDF, EPS ou PostScript, à l’exception des fichiers DCS 8 bits créés dans Photoshop, qui ne contiennent pas de graphiques vectoriels.

InDesign peut reconstituer une image composite à partir de fichiers de séparations de couleurs DCS 2.0 ou 1.0, s’ils ont été créés dans Photoshop. Pour de meilleurs résultats, n’incluez pas les fichiers DCS 1.0 ou DCS 2.0 créés dans des programmes autres que Photoshop lorsque vous créez des épreuves composites couleur haute résolution ou lorsque vous effectuez une séparation d’un document in-RIP ou à partir d’un fichier composite.

Fichiers Macintosh PICT (.pict)

Le format PICT (ou Picture) de Macintosh est utilisé par des applications d’illustration et de mise en page sous Mac OS et pour le transfert de fichiers d’une application à une autre. Ce format permet la compression d’images présentant de grandes zones de couleur unie. InDesign peut importer des fichiers PICT créés à partir de captures d’écran sur Mac OS et de nombreuses autres applications, y compris les collections d’images électroniques. Les fichiers PICT sont néanmoins déconseillés pour l’impression commerciale haute résolution.

InDesign prend en charge les images PICT RVB avec des résolutions variables et des images QuickTime incorporées. Les images PICT ne prennent pas en charge la séparation des couleurs et sont dépendantes du périphérique ; elles sont déconseillées pour l’impression commerciale haute résolution. Le format PICT fournit une qualité d’impression acceptable uniquement si l’impression s’effectue sur des imprimantes basse résolution ou non-PostScript.

Fichiers Windows Metafile Format (.wmf) et Enhanced Metafile Format (.emf)

Les formats WMF (Windows Metafile Format) et EMF (Windows Enhanced Metafile Format) sont des formats Windows natifs utilisés principalement pour des graphiques vectoriels, tels que des images électroniques partagées par plusieurs applications Windows. Les métafichiers peuvent contenir des informations d’images pixellisées ; InDesign reconnaît les informations vectorielles et assure une prise en charge limitée des opérations pixellisées. La prise en charge des couleurs est limitée à la résolution RVB 16 bits et aucun de ces deux formats ne prend en charge la séparation des couleurs. Il est recommandé d’éviter les formats Metafile pour les impressions commerciales.

Fichiers PCX (.pcx)

Le format PCX est généralement utilisé sous Windows. La plupart des logiciels Windows prennent en charge la version 5 du format PCX.

Le format PCX prend en charge les modes colorimétriques RVB, couleurs indexées, niveaux de gris, bitmap, de même que la méthode de compression sans perte RLE, mais pas les couches alpha. Les images peuvent posséder un nombre de bits de 1, 4, 8 ou 24. Cependant, le format PCX n’est pas adapté à l’impression commerciale ou à la diffusion en ligne. Les images PCX offrent une qualité acceptable uniquement si elles sont imprimées à l’aide d’une imprimante basse résolution ou non-PostScript.

Fichiers Portable Network Graphics (.png)

Le format PNG (Portable Network Graphics) fait appel à une compression réglable et sans perte pour l’affichage de photographies 24 bits ou d’images aux couleurs unies sur le Web ou sur d’autres supports en ligne. Le format PNG a été développé pour offrir une alternative sans brevet au format GIF. Il prend en charge la transparence des couches alpha ou d’une couleur désignée. Le format PNG convient particulièrement aux documents en ligne. Les graphiques PNG en couleurs importés dans un document InDesign sont des images bitmap RVB.

Fichiers Scitex CT (.sct)

Le format CT (Scitex Continuous Tone) est utilisé pour le traitement d’images haut de gamme sur des ordinateurs Scitex. Les fichiers CT Scitex proviennent souvent de scanners Scitex, qui produisent des images numérisées de haute qualité pour l’impression commerciale. Le format CT Scitex prend en charge les fichiers CMJN, RVB et niveaux de gris mais pas les couches alpha. Contactez Scitex pour obtenir des utilitaires de transfert de fichiers enregistrés au format CT Scitex vers un système Scitex.

Ce produit est distribué sous licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage à l’identique 3.0 non transposé  Les publications Twitter™ et Facebook ne sont pas couvertes par les dispositions Creative Commons.

Mentions légales   |   Politique de confidentialité en ligne